Ads 1

66e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies: Ndeye Saly Diop Dieng porte la déclaration du Sénégal

0 719

Par une délégation conduite par Madame le Ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants, Mme Ndèye Sali Diop Dieng, le Sénégal participe à la 66e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies. Plus grand rassemblement annuel des Nations Unies sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, l’évènement se tient du 14 au 25 mars à New York, au Siège des Nations Unies, sous le thème « Parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation de toutes les femmes et les filles dans le contexte des politiques et programmes relatifs aux changements climatiques, à l’environnement et à la réduction des risques de catastrophe ».

A travers la déclaration de Mme le Ministre Ndèye Sali Diop Dieng, le Sénégal a pu exposer au sein de cette assemblée de haut niveau, ses multiples projets et programmes qualitatifs sensibles à l’Égalité des sexes dans la planification et l’exécution des politiques et programmes d’adaptation aux changements climatiques et de réduction des risques de catastrophe. Mettant en exergue la vision de Son Excellence Monsieur Macky Sall, Mme le Ministre a rappelé « la volonté politique du Président de la République de faire de l’effectivité des droits des femmes dans tous les domaines une de ses priorités aussi bien au Sénégal qu’à l’Union Africaine dont il assure la présidence cette année. »
A l’entame de sa déclaration, elle n’a pas manqué de souligner que « la problématique liée aux changements climatiques constituait l’une des plus grandes préoccupations du moment », relevant au passage les conséquences néfastes qu’elle apporte aux conditions de vie sociale, économique et environnementale des populations, particulièrement des femmes et des filles, y compris en termes de justice, d’équité et d’égalité des sexes et des droits humains fondamentaux. Affichant la résilience de notre pays face à ce fléau mondial, Madame le Ministre a rappelé que « le Gouvernement du Sénégal a fait d’une priorité nationale l’Objectif de Développement Durable (ODD) n°13 intitulé ‘’Prendre des mesures urgentes pour lutter contre les changements climatiques et ses impacts’’. Une priorité matérialisée à travers son référentiel national en matière de développement social et économique, le Plan Sénégal Émergent, précisément à travers son axe 2 (Capital humain, protection sociale et développement durable) ». À ce titre, rappelle-t-elle, « le Sénégal a intégré le genre dans le processus d’élaboration de son Plan National d’adaptation aux changements climatiques et un Point focal national Genre et Climat a été nommé auprès de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC) ».

La Déclaration fut également un plaidoyer fort, notamment par l’appel de Mme Ndèye Saly Diop Dieng « à la solidarité de tous les acteurs, y compris la société civile, les universitaires, pour une coopération technique et financière plus soutenue afin de renforcer la résilience des femmes et filles, leur accès et maîtrise des ressources productives, technologiques, de gestion durable des terres et surtout de l’information climatique, pour lutter contre les trous de sécheresse provoquant l’insécurité alimentaire en milieu rural ».

Dégageant les perspectives de notre pays, en ce qui concerne notamment le thème de la présente session, elle a partagé avec l’assemblée la feuille de route du Gouvernement en matière d’élaboration de documents de Politique nationale et sectorielle ainsi que les Projets et Programmes mettant le lien entre le genre, la pauvreté, les changements climatiques et la réduction des risques de catastrophes comme à titre d’exemple :
– la Stratégie Nationale de réduction des risques de catastrophe (2022-2030) ;
– la Lettre de politique du secteur de l’Environnement et du Développement durable 2022-2026 intégrant Genre et Économie verte ;
– la conception d’un outil d’évaluation des pertes et dommages liés aux catastrophes, sensible au genre.

Rappelons que cette 66e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies se poursuit jusqu’au 25 mars et aboutira à une déclaration conjointement définie par les délégations des états membres ; des organisations non gouvernementales venant de toutes les régions du monde ainsi que des entités onusiennes y participent également.

Laisser un commentaire