Ads 1

« 540 MILLIARDS DE FCFA ONT ÉTÉ INVESTIS DANS DES PROGRAMMES D’ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES, ENTRE 2010 et 2020 », SELON AMADOU HOTT

0 796

D’après le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération internationale, Amadou Hott, le Sénégal a investi, entre 2010 et 2020, plus de 540 milliards dans les programmes d’accompagnement des
jeunes. 10 % de la population de notre pays s’active dans le secteur formel. Un million de jeunes n’ont pas bénéficié d’une éducation ou d’une formation. Presque 1.000.000 de nos compatriotes sont au
chômage. Par ailleurs, le ministre chargé du programme d’urgence pour l’emploi et insertion socioprofessionnelle des jeunes a soutenu que 75 % de notre population s’active dans le secteur informel est dans l’auto-emploi. « Le pays a une jeunesse fortement concentrée dans cinq régions du Sénégal. Ces presque 2/3 de cette jeunesse, âgés entre 15 et 44 ans, sont dans ces régions. Et cela pose des défis
importants. Et parmi les gros défis, il y a la formation professionnelle, l’accès à l’éducation et aux financements », a indiqué le ministre Amadou Hott. Le chargé du programme d’urgence pour l’emploi et insertion socioprofessionnelle a également fait savoir que « chaque année, 200.000 jeunes viennent sur le marché du travail. Aujourd’hui 1.500.000 jeunes ne sont dans aucun dispositif ni d’éducation, ni de formation, ni d’emploi et c’est un défi majeur.

Raison pour laquelle, a informé le ministre, entre 2010 et 2020, 540 milliards de FCFA ont été investis dans des programmes d’accompagnement des jeunes. Une somme qui n’inclut pas toutes les ressources injectées dans l’éducation et dans l’enseignement supérieur sur des budgets importants ».

Pour ce qui est du programme d’urgence, le ministre Amadou Hott a expliqué que l’Etat a proposé « d’accélérer la création d’emplois et l’auto-emploi, de renforcer et d’élargir la formation professionnelle, d’assurer et de pérenniser le dialogue entre les jeunes, l’État et le secteur privé. De promouvoir les investissements créateurs d’emplois, de faire une réforme ambitieuse pour mieux galvaniser l’activité économique » a encore indiqué Amadou Hott.

Présentation du plan d’urgence !

Le programme d’urgence sera ainsi axé sur plusieurs composantes notamment dans l’apprentissage et la création d’emplois avec des recrutements immédiats. Mais également de renforcer les structures qui font de l’autonomisation et financent l’entrepreneuriat. Il s’agira de territorialiser ces financements. Dans le cadre de l’emploi, ce qui est proposé, ce sont des recrutements spéciaux avec des salaires payés à des jeunes pour des travaux communautaires.

Dans l’éducation : 5000 emplois avec le recrutement d’enseignants qui vont renforcer ce corps de l’éducation. Et pour ce qui est de la convention Etat-employeurs-secteur privé, le gouvernement vise au minimum 15.000 emplois. Il y a aussi des projets majeurs de l’ANIDA qui va porter 25.950 emplois entre 2021-2023.

Dans le cadre de la formation professionnelle et de l’apprentissage, l’État propose de former 30.000 jeunes essentiellement des talibés déscolarisés.

Plus 33. 000 jeunes diplômés que le Pse va former. La formation professionnelle va concerner 40.000 jeunes : 20.000 chauffeurs de taxi et 20.000 dons de formations pour d’autres jeunes qui recevront une petite rémunération pendant trois ans.

À noter que le coût du programme est estimé 450 milliards.

Laisser un commentaire