Ads 1

Y’EN A MARRE, LA FAILLITE ET LA FUITE EN AVANT (Par Abdoulaye DIAGNE)

0 3 052

Après plusieurs jours d’un silence très éloquent, Y’en a marre a fini par se prononcer sur l’affaire Kilifeu, un de ses piliers, cofondateur de l’organisation, filmé en pleines tractations pour la vente indue de visas et de passeports diplomatiques.

On le comprend aisément, le mouvement qui s’est autoproclamé gardien du temple des valeurs sociales, civiques et républicaines est fort embarrassé par cette affaire qui met directement en cause sa crédibilité d’autant plus que les langues n’ont pas tardé à se délier pour élargir les soupçons dans ses rangs bien au-delà de la personne directement concernée.

L’affaire Kilifeu a sérieusement sonné Y’en a marre et les réactions observées au sein de l’organisation en disent assez. On n’a pas entendu Thiat, partenaire de toujours du mis en cause dans le groupe de rap Keur gui qui a servi d’embryon à Y’en a marre. Thiat est plus qu’un partenaire pour Kilifeu. C’est son ami de très longue date, son fidèle compagnon , son double. L’un n’est jamais allé sans l’autre.

Thiat, c’est aussi la langue pointue et le propos insolent, prompt à sortir les gros mots. Mais cette langue vive et ce vocabulaire à la limite des convenances qui se voudraient au service de la défense des valeurs, il semble les avoir perdus face à des méfaits plus constants et plus graves que tout ce qu’il a jamais eu à dénoncer. Que pense-t-il de ce qui est reproché à son plus que partenaire ?

On n’a pas non plus entendu Fadel Barro, le premier dirigeant de Y’en a marre qui, avec Kilifeu et Thiat, forment le noyau originel auquel se sont greffés par la suite d’autres éléments pour donner l’organisation dans sa configuration connue. Barro s’est toujours voulu l’idéologue du groupe et bien que n’étant plus à la tête du mouvement, il était attendu par certains, ne serait-ce que pour rassurer sur l’actualité et l’impersonnalité de son engagement.

On avait besoin de l’entendre dénoncer fortement les pratiques de son camarade, de la même manière qu’il l’aurait fait avec véhémence et virulence s’il s’agissait d’actes perpétrés par un membre ou un proche du pouvoir comme ils disent. A croire que pour ces croisés des valeurs et des mœurs, le mal n’est mal que lorsqu’il est imputable dans l’univers du pouvoir.

Face à des faits d’une implacable clarté dénichés au cœur de leur organisation, ils se sont tous terrés et se sont cachés derrière un communiqué du groupe dont la rédaction a dû être particulièrement laborieuse avec un résultat désastreux. Ce document est un acte de capitulation dans la lutte contre le vice. On y voit Y’en a marre ravaler tout ce qu’il a vomi depuis sa création.

D’abord, le mouvement nous dit que l’affaire Kilifeu est une affaire personnelle et privée. Depuis quand ces gens s’encombrent-ils de ce souci de discernement, eux qui passent leur temps à incriminer et insulter tout un camp politique pour le moindre soupçon d’indélicatesse contre un de ses membres ?

Ensuite, Y’en a marre insiste sur la présomption d’innocence dont devrait bénéficier son membre emblématique. C’est vraiment pitoyable qu’il ne parle de présomption d’innocence qu’aujourd’hui, lorsque les accusations conduisent dans ses entrailles. Il n’en a jamais fait bénéficier tous ces citoyens qu’il a traînés dans la boue, condamnés sans jugement sur la base d’éléments beaucoup moins constants que ceux qui accablent Kilifeu.

Enfin, Y’en a marre trouve matière à positiver dans la décision d’un de ses fondateurs de suspendre ses activités au sein du mouvement. Pourtant, le même mouvement avait craché sur la démission de Aliou Sall de ses fonctions de DG de la CDC lorsqu’ils se sont acharnés contre lui avec des accusations qui n’ont jamais été étayées par la moindre preuve.

La vérité est que cette organisation semble avoir revu fortement à la baisse ses ambitions de défense des valeurs. Peut-être Y’en a marre en a vraiment marre de se battre ?


Abdoulaye Diagne, coordonnateur du Mouvement des élèves et étudiants républicains (Meer)


Laisser un commentaire