Ads 1

VIDÉO – INDUSTRIE DE L’ACIER: “NOUS SOMMES CONSCIENTS QUE NOUS DEVONS FAIRE PLUS POUR LA FILIÈRE” (Moustapha DIOP)

0 79

Avec une capacité de production estimée entre 450.000 à 500.000 tonnes par an, le secteur industriel de l’acier du Sénégal connaît, depuis deux ans, quelques difficultés de compétitivité. D’où la pertinence de la tenue de cette deuxième réunion du comité consultatif consacré aux problèmes du secteur sous l’égide du ministre du développement industriel et des PMI, Moustapha DIOP.

 

Malgré son fort potentiel de croissance et de développement sectoriel, en raison notamment des grands chantiers de construction de l’État, le secteur de l’acier connaît depuis deux ans, des problèmes de compétitivité, ayant entraîné la fermeture de certaines entreprises. Un secteur est qui est au “plus mal” selon Dialo Kane, président du Groupement professionnel des industriels de l’acier au Sénégal (GPIAS).

“Les importations massives et frauduleuses du fer à béton, les fausses déclarations de valeur en douane, les réexportations fictives de marchandises sous douane et les exonérations indues et abus sur les quantités sont autant d’inégalités qui faussent la donne et imposent une concurrence déloyale à l’industrie locale de l’acier” a affirmé M. Kane avant d’enchaîner sur registre toujours aussi alarmant du secteur “L’industrie de l’acier est au plus mal. S’y ajoute la crise de la Covid-19, avec les soucis de résiliences. On ne peut pas renvoyer les employés, nous sommes obligés de vendre même à perte pour supporter les frais”

Une situation qui préoccupe aussi l’autorité de tutelle du secteur de l’acier. Moustapha Diop, ministre du développement industriel et des PMI, a rassuré les professionnels de l’industrie de l’acier de l’accompagnement du gouvernement sénégalais pour une une redynamisation de la filière qui doit permettre au pays de garantir sa “souveraineté” sur les produits dérivés de la construction.

” La filière de l’acier doit capter, aujourd’hui plus que par le passé, toute notre attention, car elle nous permet au moins de garantir notre souveraineté sur les produits dérivés et de bâtir un écosystème d’industries de matériaux de construction.
Je voudrais vous assurer que nous bien conscients que nous devons faire plus pour la filière. Et nous sommes bien dans cette perspective”

Moustapha Diop a rappelé aussi les efforts importants déjà consentis ces dernières années par la tutelle pour soutenir et protéger la filière à travers l’adoption de la norme NS 02035 sur le fer à béton et surtout les mesures importantes prises par la douane tant au plan réglementaire qu’au plan opérationnel.

Au Sénégal, l’industrie métallurgique et travaux des métaux génère environ 10.000 emplois directs et globalement plus de 600.000 personnes vivent de le économie sociale développée autour du secteur.

Irama SANÉ

{youtube}MqT2DwSIcPU{/youtube}

 

Laisser un commentaire