Ads 1

TENTATIVE DE COUP D’ÉTAT EN GUINÉE : LES NOUVELLES DU PRÉSIDENT ALPHA CONDÉ

0 4 019

Des coups de feu retiennent l’attention aux alentours du palais présidentiel de la Guinée, depuis quelques heures, ce dimanche. Selon un responsable de la sécurité cité par Reuters, le président Alpha Condé serait en sécurité.

Depuis les environs de 8h ce dimanche, des tirs nourris sont entendus autour de Sékoutoureya, le palais présidentiel où se trouve le chef de l’État, Alpha Condé. Celui-ci se porte bien et est sous la protection de sa garde présidentielle, d’après Jeune Afrique. « Depuis 8 heures du matin (heure locale), des tirs à l’arme automatique retentissent à Kaloum, quartier des affaires, administratif et siège du palais présidentiel », a rapporté le média local, « Guinée News ».

« Toutes les rues ont été désertées, pendant que les tirs nourris continuent. Des militaires, visiblement mécontents, vident les chargeurs de leurs armes, alors que les habitants de Kaloum restent terrés, terrorisés et inquiets »,

a ajouté « Guinée News ».
Aucune explication n’était disponible dans un premier temps sur les raisons de cet accès de tension sur la presqu’île de Kaloum, centre de Conakry, où siègent la présidence, les institutions et les bureaux d’affaires. Les autorités sont restées jusqu’alors silencieuses sur une situation très confuse.

Des habitants joints au téléphone à Kaloum ont fait état de tirs soutenus. S’exprimant sous le couvert de l’anonymat pour leur sécurité, ils ont dit avoit vu de nombreux soldats intimant aux résidents de rentrer chez eux et de ne pas en sortir. L’accès à la presqu’île de Kaloum est restreint du fait de sa géographie. Les forces de sécurité peuvent aisément la bloquer.

Situation tendue

Depuis des mois, ce pays d’Afrique de l’Ouest parmi les plus pauvres du monde malgré des ressources minières et hydrologiques considérables est en proie à de profondes crises politique et économique, aggravées par la pandémie de Covid-19. La candidature du président Alpha Condé à un troisième mandat le 18 octobre 2020 a provoqué avant et après l’élection des mois de contestations ayant entraîné d’énormes pertes en vies humaines.

Laisser un commentaire