Ads 1

STADE LAVALLOIS. UN DJIBRIL DIAW NOUVEAU SE DRESSE DANS LA DÉFENSE DES TANGO

0 14 759

Une saison de patron ? À 29 ans, Djibril Diaw a changé de dimension depuis le mois d’août. Le Sénégalais est devenu l’un des cadres de la défense lavalloise. Monsieur 19 matches sur 20. Une seule rencontre de Ligue 2 manquée. Deux buts qui ont ramené des points. L’acte II de Diaw chez les Tango a tout d’une réussite. Après un acte I achevé en juin par un coup de tête salvateur, synonyme de maintien à Amiens.

« Ce n’est pas le même Djibril que celui qu’on a récupéré quand il est arrivé au club », explique Olivier Frapolli, l’entraîneur lavallois. « Il s’était blessé en Coupe de France (le 29 octobre 2022 à Orvault), cela avait été une saison compliquée (15 matches disputés). On est très content d’avoir renouvelé le prêt. On sentait chez lui qu’il y avait un potentiel intéressant, qu’il fallait lui laisser une deuxième chance. Il l’a saisie ». Même si son protégé reste modeste. « Ma saison est à l’image de toute l’équipe. À force de travail, on a les résultats ».

Cette saison, la relance comme atout

C’est désormais en roc que Djibril Diaw se dresse, du haut de son mètre 91, comme axial gauche. Relais parfait entre la jeunesse d’Amin Chemi et l’expérience du libéro Yohan Tavares. Depuis six mois, le joueur prêté par  Rukh Lviv (D 1 ukrainienne) est passé au révélateur des meilleurs attaquants de Ligue 2, où il a su répondre présent. Idem samedi à Nantes (Ligue 1), lors du 16º de finale de Coupe de France (0-1). Dévoilant cette saison une panoplie nouvelle, au sein de la meilleure défense du championnat (17 buts concédés). « Il a cette qualité de relance, c’est un joueur très bon dans le jeu aérien, très sécurisant aussi, énumère son coach, ravi. »

Sur les prés de Ligue 2, Djibril Diaw montre aussi sa justesse balle au pied. Le défenseur central n’hésite pas à se projeter et grappiller des mètres avant de servir un de ses partenaires. Serein et concentré. Il est d’ailleurs le deuxième meilleur passeur tango (619) derrière la plaque tournante Sam Sanna (703). « C’est une demande du coach », sourit le natif de Dakar.

« Pour les sorties de balle, on essaie de voir les failles des adversaires, de les exploiter au maximum. Dans notre projet de jeu, on travaille les sorties, la notion de décalage », précise Olivier Frapolli.

« On a trois défenseurs centraux, ils sont les premiers relanceurs. Une bonne partie de nos attaques placées dépendent de leur justesse, de leurs initiatives. »

Sur le côté gauche, la relation entre Djibril Diaw et Amin Cherni est également déterminante. Le central doit souvent compenser les déboulés de son collègue tunisien, qui évolue de plus en plus haut sur le terrain. « On communique beaucoup avec Amin. C’est un jeune joueur, il est à l’écoute. Je suis content pour lui, il fait un bon début de saison. Je me dois d’être solide. Après, le côté offensif, c’est lui, en mode freestyle. »

Cherni ne devance pourtant que d’une réalisation Djibril Diaw (3 contre 2). Qui se souvient parfaitement de son dernier tir gagnant. « J’avais marqué un but à l’aller contre Paris, j’espère que je vais le faire demain aussi!. »

Adonis VESIN.
Ouest France

Laisser un commentaire