Ads 1

SORTIE RECCURENTE DU QUOTIDIEN DIRECTNEWS SUR LE FONCTIONNEMENT DE L’AIBD : LA RANÇON DU MÉPRIS FACE À DES MERCENAIRES DE LA PLUME

0 344

Le 20 juin 2023, le quotidien directnews titrait à sa une  » Le syndrome de la Poste guette-t-il l’AIBD ? » avec à la clé l’image du directeur du directeur général, Abdoulaye Dièye. Dix (10) mois après ce questionnement apocalyptique, le même journal est revenu, hier, à la charge. Cette fois ci par une affirmation aussi sombre que péremptoire: « l’AIBD dans le noir! ». Chassez le naturel, il revient au galop. Sans le vouloir et le savoir, Directnews a fait tomber le masque qu’il n’a caché pour longtemps, sa véritable nature. Celle d’un organe de presse qui s’acharne de manière éhontée sur des personnalités de la République que ses tenants ne peuvent régenter à souhait. L’AIBD est loin d’être sous perfusion au point de necessiter que l’état vienne à son chevet comme ce fut le cas avec la Poste. Comparaison burlesque et mesquin quand tu nous tiens !

Mieux, il se porte comme un charme. En témoigne la qualité de meilleur aéroport d’Afrique qui lui a été récemment décernée. Pourquoi Directnews n’en avait pas fait cas à l’époque ? La question est loin d’être superfétatoire. Et pour cause: Quand on s’attribue la liberté de critiquer, à tout va, quand ça ne va pas, il faut aussi avoir l’honnêteté de mentionner, au moins, que ça semble aller ne serait-ce qu’au nom de la bonne foi et de la courtoisie.

Qu’on ne nous dise surtout pas, au risque de verser dans une hypocrisie effrayante, que Directnews ne se reconnaît pas dans « les trains qui arrivent à l’heure ». Il n’y a pas prétexte plus fallacieux et plus infâme que de réduire le journalisme à la publication outrancière d’informations taillées à la mesure des adeptes du sensationnel basé ou inspiré par le faux.
Sa posture n’est pas sans mettre à nu le mal du Sénégal porté et propagé par une certaine presse.

Aussi longtemps que le mal, beaucoup plus profond qu’on ne le pense, perdurera, l’on se rendrait coupable d’adopter un silence assourdissant pour ne pas dénoncer avec la plus grande véhémence en mettant le doigt sur la plaie. Faudrait-il le rappeler: Confiner la dangereuse pathologie d’une certaine presse dans le seul cadre des réseaux sociaux relèverait d’une analyse superficielle et réductrice. La presse écrite a aussi sa racaille rébarbative bien représentée par Directnews. Il n’y a pas toutefois lieu de perdre espoir outre mesure.

La mort de cette presse maître dans l’art de la partisanerie intéressée, du chantage déguisé et de la manipulation commanditée est imminente. L’Acte cynique, hypocrite et inique posé hier par Directnews n’est que le chant du cygne de cette presse indigne du Sénégal et de ses fils qui ont écrit les plus belles pages d’histoire par leurs compétences avérées mais aussi et surtout leur attachement viscéral aux règles éthiques et déontologiques de la profession du noble métier de journaliste.

Dans son édition d’hier, 04 mars 2024, sur le fonctionnement de l’Aéroport International Blaise Diagne ( AIBD), le quotidien précité, qui n’est pas très loin du dernier de la classe du point de vue de l’éthique et de la qualité du contenu, a cru devoir sonner l’alerte sur la gestion du directeur général M Abdoulaye DIÈYE. Quoi de plus normal si l’on sait par ailleurs qu’un organe de presse digne de ce nom peut aussi être un lanceur d’alerte pour la communauté. Pourvu que cette posture ne soit pas adossée à des considérations cryptopersonnelles calculées qui la dénuent de sa substance sincère et objective mais bien à des principes intangibles et des valeurs partagées. Au nombre des griefs émis à l’endroit de la direction générale, il figure en bonne place: « Une situation qui resulte des recrutements politiques »,  » la hantise du sort subi par la poste ». « La crainte de l’incapacité du paiement des salaires et le problème de la catégorisation et nécessité de faire migrer tous les travailleurs vers la convention aéronautique » pour ne citer que ces derniers.
Le chapelet de failles égrené par le journal relève d’un acharnement construit au moyen d’affabulations aussi grotesques que dégoûtantes. Il n’est pas malaisé de le démontrer. Rien que l’affirmation qui barre la une du journal: (L’AIBD dans le noir) traduit une légèreté et une contre-vérité vérité plus que désastreuses. C’est une insulte à l’intelligence des sénégalais et à la profession même du journalisme. Tous les autres arguments mis en exergue ne sauraient prospérer car ils relèvent d’une pure imagination d’un esprit rancunier et malveillant s’ils ne sont pas assujettis à des suppositions marquées par l’emploi abusif du conditionnel. Elle dénote toute la mauvaise foi et le manque de sérieux du signataire de l’article et des dirigeants de l’organe de presse.

Le moins que l’on puisse dire est que finalement toute cette littérature de Directnews n’aura servi à rien. Elle aura été une prêche dans le désert. Cela ne saurait surprendre, outre mesure pour un organe de presse qui a pour slogan « Lisez encore mieux ». Lire mieux ne se décrète pas par le biais d’un vœu pieux. Il se pratique par la production d’articles digestes à même de répondre aux exigences de l’heure et du lecteur plus intelligent et exigeant que jamais. Faudrait-il rappeler aux dirigeants de Directnews la leçon élémentaire qui veut que l’écriture soit une écriture fonctionnelle qui obéit à des normes bien déterminées.
Les sénégalais n’en ont cure d’un slogan creux juste bon à embellir la galerie. Ils ont juste besoin de s’informer juste et vrai dans le respect des règles éthiques et déontologiques qui régissent la noble profession de journaliste. Quel décalage éhonté entre le cri de guerre du canard et le besoin d’informations d’une population avertie intelligente, exigente et mâture qui sait bien distinguer la bonne graine de l’ivraie? Serait-on tenté de dire à haute et intelligible voix.

Pour ce qui est de M Abdoulaye DIEYE, il n’a pas, lui-même, à avancer des arguments de bonne foi face à des gens qui s’arc-boutent et se complaisent dans leur mauvaise foi. N’en déplaise à ses pourfendeurs qui n’arrivent plus à dormir du sommeil du juste depuis son avènement à la tête de l’AIBD. Il est
le symbole achevé de la persévérance, du sérieux, de la rigueur et de la compétence. Il y’a 2 ans, les jalons de performances sociales qu’il a su poser au sein de son entreprise de Consignation et de transport ont valu à cette dernière de décrocher le graal du cauris d’or du MEDES réservé au domaine Responsabilité Sociétale d’Entreprise ( RSE).

Quelqu’un qui est parvenu à porter sur les fonts baptismaux une société dont le chiffre d’affaires se décline en termes de milliards ne saurait se permettre de ne pas réussir et brillamment dans ses fonctions de Dg de l’AIBD. Il l’a considère comme un sacerdoce et non comme une sinécure. Il l’appréhende comme un moyen d’apporter sa pierre à l’édification d’un Sénégal émergeant. Vouloir coûte que coûte accréditer le contraire par un terrorisme intellectuel sur fond d’un chantage déguisé ne peut que relever md’un acharnement bête, méchant et mgratuit. Il ne saurait prospérer et le torchon qui a cru devoir le mettre au devant de la scène de manière négative n’est, en réalité, que la rançon de son résistance à l’ultime assaut éhonté et affligeant des mercenaires de la plume.

Khatab DIÉMÉ
Journaliste-Communicant

Laisser un commentaire