Ads 1

L’ENJEU DU SCRUTIN LÉGISLATIF DU 31 JUILLET (Par Cheikh Mbacké SÈNE)

0 66

Offrir au Président Macky SALL la majorité confortable pour lui permettre de poursuivre le programme d’émergence du Sénégal.

Dans cette campagne lancée en direction des législatives du 31 juillet 2022, chacune des mouvances défend un programme politique avec des objectifs antagonistes. L’opposition table sur une percée politique qui confirme son « coup éclat » des dernières élections locales dans 4 grandes villes et par la même occasion empêcher au régime en place d’avoir la majorité confortable pour dérouler en direction de l’élection présidentielle de 2024.

La majorité présidentielle, elle, cherche le « confort pour permettre au Président de la République de parachever, avec toute la sérénité politique requise, son programme d’émergence.
Si pour certains – et à la considération des clivages politiques-, le jeu démocratique en vaut la chandelle, pour d’autres, il y a un air d’incohérence pour les deux principaux bords qui disent tous être préoccupés par le Sénégal, les sénégalais et l’émergence du pays. On parle d’incohérence, si l’on considère le bilan élogieux, encourageant et visible de tous du Président Macky Sall et la logique qui devrait être de lui faciliter la suite pour l’intérêt des sénégalais. Parce que jamais le Sénégal n’a été dans aussi bonnes dispositions d’émergence pour le décollage rêvé depuis belle lurette. Les multitudes de projets structurants sur fond de réformes stratégiques, les progrès dans plusieurs secteurs, l’extension des réseaux des transports, le relèvement qualitatif du plateau médical et éducatif, le programme 100 000 logements, les efforts sociaux, le programme d’urgence pour l’emploi et l’insertion socioéconomique des jeunes baptisé « XËYU NDAW ÑI » qui tisse sa toile de manière inclusive…sont autant de réalisations qui devraient encourager à renforcer l’assise politique du Président Macky SALL pour lui permettre de parachever le beau travail entamé. D’autant plus que plusieurs autres grands projets à fort impact socioéconomique sont en gestation, en phase de réalisation et ou de finition. Le BRT qui devrait être achevé et livré fin 2023, dont la tracée relie la banlieue à la ville de Dakar et traversant les quartiers les plus denses, permettra e réaliser un pas de géant dans la résorption de la problématique du transport et de la mobilité urbaine et péri-urbaine. Bien plus que le TER déjà très salutaire de par le soulagement qu’il offre aux usagers résidents en dehors de Dakar.

Les résultats encourageants « XËYU NDAW ÑI » avec 64 717 emplois créés en un an dans les domaines de l’éducation, du reboisement, de la sécurité, du nettoiement, du service civique national, de l’animation socio-éducative et de la citoyenneté dans les 14 régions du Sénégal, pour un programme qui devait recruter 65 000 sur 3 ans, arrimé aux oeuvres de la DER (plus de 200 000 crédits pour plus de 80 milliards de FCFA, octroyés en 4 ans aux jeunes et aux femmes de 552 communes des 46 départements du Sénégal) et de 3FPT entre autres, en dit long sur la volonté du Président Macky SALL d’offrir à chaque jeune et chaque femme un emploi décent ou à la limite une qualification et des conditions d’éclosion socioprofessionnelle et /ou entrepreneuriale par le financement et l’accompagnement ad hoc.

Impulser une nouvelle dynamique sociétale à travers une jeunesse dynamique, qualifiée, productive et entreprenante, tel est l’objectif du Président Macky Sall. Faire de la jeunesse une « sur priorité »  telle que théorisée dans le PSE- Priorité Jeunesse, est désormais une réalité avec un grand « R ». Et l’histoire doit continue. 

Et que dire de l’apport probant, en perspectives, du contenu local émanant de l’exploitation du gaz et du pétrole, dont le véritable démarrage est attendu à partir de 2023. Toutes ces belles perspectives à la faveur de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent permettent à l’économie sénégalaise (déjà entrée dans un nouvel élan de croissance, avec un taux de croissance, en moyenne de l’ordre de 6,2% entre 2014 et 2019) une évolution sensiblement amélioré des conditions de vie des sénégalais. Si entre 2014 et 2019, le revenu par habitant a pu progressé de 15,8% en termes réels, la continuité dans la sérénité et l’accélération des divers programmes en cours permettra d’accomplir un pas important dans l’amélioration du pouvoir achat des sénégalais et in fine de leurs conditions de vie.

Alors voter Benno Bokk Yaakaar c’est s’inscrire dans la continuité du progrès; tandis que voter l’opposition ne sera autre que complexifier la situation, ralentir le progrès et contribuer à installer un climat contestataire stérile, délétère et nuisible à la stabilité politique.

Cheikh Mbacké SENE

Laisser un commentaire