Ads 1

LE PDG D’ORANGE SUSCITE UN TOLLE EN ISRAËL

0 63

Le gouvernement israélien n’a pas perdu de temps. Dès jeudi matin, son ambassade à Paris a pris attache avec l’Elysée et le Quai d’Orsay afin de réclamer une «clarification». Le PDG d’Orange avait annoncé quelques heures plus tôt vouloir remettre en cause le contrat qui lie sa société à l’opérateur de téléphonie mobile Partner. Les propos de Stéphane Richard, tenus à l’occasion d’une conférence de presse au Caire (Égypte), ont résonné comme un coup de tonnerre en Israël, où le spectre d’un boycott culturel et économique suscite ces jours-ci un débat électrique. «Nous avons décidé d’exprimer immédiatement notre désaccord et notre indignation», résume un diplomate israélien.

 

L’annonce controversée de Stéphane Richard intervient un mois après que la Fédération internationale des droits de l’homme, l’ONG al-Haq et divers syndicats ont publié un rapport sur «les liaisons dangereuses d’Orange dans les territoires occupés». Le document expose les grandes lignes du contrat de licence de marque en vertu duquel le groupe français loue, depuis 1999, son nom à l’opérateur Partner. Ce dernier gère plus d’une centaine d’antennes relais ainsi que plusieurs enseignes commerciales en Cisjordanie occupée, rappellent les auteurs. Saeb Erekat, négociateur en chef de l’OLP (Organisation de libération de la Palestine), a d’ailleurs récemment écrit à Laurent Fabius: «A travers ce contrat et les profits qu’elle en retire, Orange est devenue un partenaire de l’occupation israélienne en Palestine ainsi qu’un complice dans l’entreprise de colonisation».

Mercredi soir, comme des journalistes l’interrogeaient sur ce lien, Stéphane Richard a laissé percer un certain embarras. «Je serais prêt à abandonner demain matin si je le pouvais», a-t-il indiqué, avant de préciser qu’une telle rupture exposerait Orange à «des risques énormes» sur le plan légal et financier. Quelques heures plus tard, le directeur de Partner répliquait du tac au tac: «Je suis très, très en colère. Je pense que ce qu’il a dit est le résultat de pressions très importantes des groupes propalestiniens.»

Polémique autour des campagnes de boycott

«On ne peut pas laisser passer ça», s’alarme un diplomate israélien, qui croit déceler dans l’attitude européenne un climat nouveau et délétère. Dimanche dernier, Benyamin Nétanyahou a annoncé son intention de lutter pied-à-pied contre les activistes de la campagne BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) qui, partout dans le monde, appellent à punir Israël pour l’occupation. Les entreprises implantées dans les colonies de Cisjordanie sont tout particulièrement visées. L’impact économique de cette mise au ban est, de l’avis général, assez limité. Mais les dirigeants israéliens semblent résolus à dramatiser la situation, convaincus que les militants propalestiniens cherchent en dernière analyse à délégitimer l’existence-même de l’Etat hébreu.

Le gouvernement français condamne le boycott d’entreprises ou d’institutions israéliennes. Il a récemment diffusé, à l’intention des sociétés, des recommandations sur les risques juridiques auxquelles elles exposaient toute activité dans les territoires occupés.

Mercredi, une association étudiante britannique a alimenté cette méfiance en appelant au boycott d’Israël. «Cette décision intervient moins d’un an après qu’ils aient refusé de boycotter l’État islamique», s’est insurgé Benyamin Nétanyahou. «Ce n’est pas politiquement correct d’être antisémite, mais c’est devenu «in» d’être anti-Israël», surenchérit Ayelet Shaked, la nouvelle ministre de la Justice, qui ajoute: «Les adeptes du boycott ne parlent pas de la Judée-Samarie (le nom biblique de la Cisjordanie, NDLR), mais de l’existence même d’Israël».

La fureur suscitée par Stéphane Richard est d’autant plus vive que la relation entre Israël et la France, qui contrôle 25 % d’Orange, traverse une passe délicate. Laurent Fabius envisage de soumettre au Conseil de sécurité des Nations-Unies un projet de résolution réclamant la reprise des négociations et leur assignant une date butoir. Le ministre des Affaires étrangères doit se rendre le 21 juin prochain à Jérusalem afin d’évoquer ce projet, qui suscite une vive défiance parmi les responsables israéliens

 

Laisser un commentaire