Ads 1

‘’L’HÉRITAGE DE DOUDOU NDIAYE ROSE SERA LOURD À PORTER ‘’

0 82

Le percussionniste sénégalais Doudou NDIAYE Coumba Rose, décédé mercredi à Dakar, à l’âge de 85 ans, en plus d’avoir été un artiste, était aussi « un livre, un annuaire », et son héritage sera « lourd à porter », a témoigné le poète et écrivain sénégalais Amadou Lamine SALL, l’un des plus grands disciples du feu président-poète Sénégalais L.S. SENGHOR.

‘’Le respect et l’admiration que te voue la communauté artistique à travers le monde, ne seront pas aisés à égaler. Ton héritage sera lourd à porter’’, écrit-il dans une note parvenue jeudi à l’APS.

‘’Héritage lourd à porter, car on ne porte pas une montagne. Doudou est Doudou. La copie est unique. Il ne savait pas seulement battre le tambour, il lui parlait et il répondait. Il le commandait et il obéissait. Il était chamane, il était un puissant esprit. Un vrai maître et pas un vacataire. Cet artiste-là était unique’’, poursuit-il encore.

Amadou Lamine SALL estime qu’’’il est du devoir de son pays de l’immortaliser avant que d’autres, ailleurs, ne le fassent, comme cela est déjà arrivé’’.

’’Ousmane SEMBENE n’est pas loin. Le Président Macky SALL et son ministre de la Culture, prendront très vite ce dossier en main. Mais Doudou restera Doudou. Il a fait lui-même sa propre légende’’, soutient-il.

Le poète et écrivain Sénégalais a rappelé avoir eu l’intention d’écrire un livre sur le « mathématicien du rythme ». « Je voulais faire ce livre avec lui. Il le voulait mais le temps le remettait toujours au lendemain. Écrire, faire un livre exige beaucoup de rigueur, de patience et du temps. Les nombreux films et images sur sa vie combleront ce vide’’, déclare-t-il.

‘’Pour ce qui est d’un possible ouvrage posthume ? Je ne sais pas. S’il se faisait, il n’aurait rien d’égal avec ce que Doudou aurait de lui-même dit et confessé’’, termine-t-il.

Le mathématicien du rythme repose désormais depuis hier jeudi au cimetière musulman de Yoff, à Dakar.

Irama SANE

{jcomments on}

Laisser un commentaire