Ads 1

INVASION ÉTRANGÈRE DES TERRES AGRICOLES ET DU MARCHÉ IMMOBILIER: CHEIKH MBACKÉ SENE EN APPELLE À LA VIGILANCE DES SÉNÉGALAIS

0 51

Cheikh Mbacké SENE en appelle à la vigilance des Sénégalais pour contrecarrer la silencieuse invasion étrangère des terres agricoles et du marché immobilierLes terres sénégalaises sont sacrées et doivent rester entre les mains des Sénégalais avant tout. Pour cela, l’expert sénégalais en veille et intelligence économique, Cheikh Mbacké SENE, interpelle les Sénégalais et opérateurs privés locaux sur la silencieuse « invasion étrangère » des terres et du marché immobilier sénégalais. Il invite ses compatriotes « à se positionner d’avantage sur les marchés de l’immobilier à travers de projets gigantesques et audacieux et sur les terrains agricoles pour contrecarrer la silencieuse invasion étrangère ». 

« De plus en plus d’étrangers lorgnent notre marché profitant des failles législatives pour investir dans l’immobilier et dans l’agriculture, spoliant drastiquement les terres sénégalaises pendant que la problématique d’accès aux terres et au logement  persiste chez les locaux » argue Cheikh Mbacké SENE. L’expert sénégalais prône « la sécurisation des terres sénégalaises par l’application de la préférence nationale «  et invite ses compatriotes à « avoir l’audace de bien se positionner dans le secteur de l’immobilier », pour ne pas avoir de regret demain. 

Cheikh Mbacké SENE en appelle également au renforcement de la législation et de l’arsenal juridique qui, selon lui, « ne protègent pas suffisamment encore le patrimoine terrestre sénégalais », mais aussi à « la vigilance de l’Etat », des gouverneurs et maires des localités prisées. « Des terres qui appartiennent depuis plusieurs décennies à des familles Lébous, Sérères et Pulsar laissent de plus en plus place à de gigantesques projets immobiliers et agricoles, managés par des conglomérats et/ou opérateurs étrangers », révèle-t-il. 

« Les projets de logements sociaux annoncés par l’Etat du Sénégal attirent des opérateurs étrangers comme des abeilles mais la priorité doit être donnée aux entreprises sénégalaises qui souffrent déjà d’accès aux marchés. C’est une manière pour l’Etat de manifester son soutien à l’entrepreneuriat national, lequel avec l’auto-entrepreneuriat constitue, une des alternatives pour la réduction du chômage », explique Cheikh Mbacké SENE.

Le fondateur du Forum Economique de Dakar « FEG Dakar » qui prône la coopération international estime toutefois que « l’ouverture est bien, mais pas au détriment des  Sénégalais. Cela doit se faire avec une certaine mesure et une certaine intelligence, surtout en ce qui concerne nos terres et les secteurs économiques y afférents», conclut-il.

Laisser un commentaire