Ads 1

«IL Y A UN RISQUE, POUR LES ÉTUDIANTS EN LANGUE ARABE, D’ABANDONNER LEURS ÉTUDES » SELON MADICKÉ DIANKHA, MASTER 1, DÉPARTEMENT ARABE

0 76

MADICKE DIANKHALe chef de l’Etat avait institué, par décret présidentiel, l’admission du baccalauréat Arabe comme sésame pour entrer à l’université. Et en 2013, l’Université avait accueilli la première promotion et aujourd’hui quatre ans après, ces étudiants font le Master 1. Mais, entre temps, que de problèmes ont-ils rencontrés. E l’occasion de la journée mondiale de la langue arabe a été saisie pour Madické Diankha, étudiant en Master 1 département Arabe, de partager les souffrances auxquelles lui et ses promotionnaires font face.

Ils étaient au départ 380, et ils ne qu’une centaine à avoir tenu jusqu’à présent. Les nombreuses difficultés qui minent le chemin ont eu raison sur la détermination des plus téméraires. A en croire Madické Diankha, « le premier problème auquel l’étudiant en langue arabe fait face est celui de l’orientation et de l’intégration. Nous avons obtenu le bac en langue arabe, mais, tout se fait en français. Donc si nos ne sommes pas assistés, on risque tout bonnement de faire autre chose. La situation est pire chez nos promotionnaires orientés dans le privé. Là-bas, un étudiant en langue arabe a aucune chance de passer », fait noter l’étudiant en Master 1, coordonnateur de la journée dédiée à la langue arabe.

Une occasion qu’ils ont saisie pour réfléchir sur les stratégies à adopter pour faciliter l’orientation et la réintégration des bacheliers arabes au niveau des différentes facultés. « Mieux, depuis l’adoption de la première promotion, il est temps de faire, quatre ans après, le bilan de notre situation. Il y a bien des risques pour les étudiants nouvellement orientés qu’ils abandonnent leurs cours pour non orientation et non assistance. D’ailleurs, nous rappelons au Président de la République sa promesse de nous doter d’un institut d’enseignement supérieur arabe qui va nous permettre de pouvoir bénéficier des différentes spécialisations qu’offre la filière arabe, car, nous estimons que tout ce qui se fait en français doit pouvoir se faire en arabe, comme l’a suggéré, du reste, Babacar Fall, le représentant du Ministre Marie Teuw Niane qui devait présider la cérémonie officielle de notre activité. Mais, nous avons profité de la tribune pour déplorer le fait que les étudiants qui devront rédiger leur thèse en langue arabe se voient refuser cela. On leur impose de le faire en français alors que la langue principale d’apprentissage est l’arabe », déclare Madické.

L’arabisant ajoute : « A la suite de cela, après la formation-apprentissage, nous plaidons pour que l’Etat tienne compte de nos spécificités afin de nous confier certaines fonctions qui sont résolument dédiées aux autres corps. Par exemple, nous sommes à mesure de remplir notre mission dans les secteurs de la diplomatie et de l’administration, et nous sommes ouverts de participer aussi bien aux concours de l’Ena que de la Police ».

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire