Ads 1

HOMMAGE À EL HADJI CHEIKH IBRAHIMA SOUANÉ

0 542

Hommage au khalife de médina souanéEn ce 20 mars 2019, nous aimerions, consacrer un hommage à notre vénéré Khalife, notre guide spirituel, notre maître de pensée, notre marabout. Généreux, gentil, naturellement bienveillant et amicalement attentionné, El Hadji Cheikh Ibrahima SOUANE dont l’existence avait été tissée d’une culture et d’une science coranique exceptionnelle, a offert à la famille SOUANE un modèle unique, le sien, qui ne ressemble qu’à lui-même.

 -Naissance d’El Hadji Cheikh Ibrahima Souané :

     El hadji Cheikh Ibrahima Souané est né vers 1929 à Dianna Bah. Après Dianna Bah, il a suivi son père Mohamed Salim Souané à Niassin puis ils ont fondé Madina en 1951. A côté de son père, il était serviable. Sous les injonctions de ce dernier, il avait dirigé les travaux champêtres et s’était constamment occupé à la construction du village. El hadji Cheikh Ibrahima était dévoué, tel un talibé, aux services de son père. Il travaillait d’arrache-pied dans des conditions parfois très difficiles. Il n’avait jamais assisté à une activité autre que religieuse. Il n’avait de temps que pour la prière à la mosquée, la lecture du coran et les travaux au champ de mil du marabout (son père). Il était tellement déterminé dans les travaux champêtres que certains le prenaient comme un ‘‘talibé’’ de Cheikh Mohammed Salim Souané.

 -Accession au Khalifa

     El Hadji Cheikh Ibrahima Souané est devenu Khalife en 1972, après le rappel à Dieu de son père Mawlana Cheikh Mohamed Salim Souané. Depuis ce jour, il a porté, avec piété et droiture, la mission qui lui a été confiée par ce dernier. Il a une fois affirmé, lors d’un entretien, que le jour où son père devait rendre l’âme, il l’a appelé et lui a confié ceci : «  Cheikh Ibrahima, ma mission doit prendre fin aujourd’hui » ; il lui a répondu en ces termes : « Baba, si tu pars dans l’au-delà comment vais-je conduire cette grande famille ? ». A cette interrogation Mawlana Cheikh Mohamed Salim lui affirma : «  Cheikh Ibrahima, je t’ai déjà préparé. InshAllah, tout ce que toi tu diras au Seigneur sera considéré comme un ‘‘ koun faya koun’’ ». Depuis lors, il a cheminé avec tout le sens mystique que recèle cette phrase dans la modestie et la simplicité. Il a passé toute sa vie à formuler des prières pour l’humanité et à œuvrer pour l’Islam.

Un être accompli :

     Parler du Khalife Général de Madina SOUANE est sans doute complexe, en ceci qu’il était un homme d’une dimension rarissime. En parlant de ce saint homme dont la spiritualité avait atteint son paroxysme, les notions de sagesse, de piété, d’humilité, de proximité avec le Tout Puissant, d’exotérisme et d’ésotérisme, refassent surface. Il était unique en son genre dans sa conception de la vie et dans son vécu quotidien avec une modestie hors pair. Mieux, la simplicité dont il faisait montre tutoie le sufisme. Cela, sans nul doute, reflétait, de prime à bord, son détachement de la vie mondaine. Et nous pensons au vénéré Cheikh Ahmadou Bamba : je prends la vie comme un viatique du paradis. Nous notons, dès lors, chez lui, une « re-naissance », chère aux grands érudits. Mourir en soi pour vivre dans la plénitude de la spiritualité.

 -Un homme Tolérant :

     El Hadji Cheikh Ibrahima Souané était, sans doute, un symbole de la tolérance. Sa vie terrestre était parsemée de tolérance. Il était un homme de Dieu dont le sens du pardon avait marqué toute sa famille. Celui-ci lui avait confié ceci : « Cheikh Ibrahima, s’il y a une chose en toi qui me rassure quand je quitterai ce bas-monde : c’est ton sens élevé de la tolérance ».  Il n’a fait que pardonner dans sa vie. Son frère El Hadji Abdoulaye Karamba Souané, l’actuel Khalife, l’avait affirmé lors de sa cérémonie funéraire : « Ce qui est arrivé (difficultés) a El hadji Cheikh Ibrahima, n’est arrivé à personne ; et pourtant cela n’a jamais entaché sa dévotion pour l’Islam ». L’enchaînement des causalités dans sa vie n’a jamais souillé sa foi envers le Seigneur. Il n’avait jamais flanché sur le chemin. Il n’avait point souhaité le malheur à son prochain. La tolérance était chez lui une vertu distinctive. Avec la tolérance, disait-il, on peut obtenir toutes les faveurs de Dieu.

 -Un homme pieux :

     La prière était chez lui un fardeau. Il était couramment à la mosquée pour diriger la prière. Sa vie était sclérosée entre la maison et la mosquée. Il ne ratait point les heures de prières et il n’a cessé de sommer les ‘‘talibés’’ à respecter les heures de prières telles qu’indiquées dans le Coran. Un jour, racontait son frère Cheikh Ahmadou Souané, il était dans un avion pour Paris avec un de ses fils. Tout à coup, il avait demandé ce dernier s’il était l’heure de la prière. Celui-ci avait répondu qu’il ne pouvait pas prier dans l’avion par crainte que la sécurité l’assimile à un terroriste. Il a rétorqué à son fils qu’il n’a jamais raté les heures de prières et que même si les agents de sécurité allaient le fusiller, il va prier.

 -Humilité et simplicité :

     L’humilité et la simplicité sont deux critères phares qui lèvent quelque part un coin du voile sur le mysticisme des grands savants. Celles-ci conféraient, à bien des égards, une sagesse prodigieuse à la personnalité du Khalife tout en le hissant au-delà du commun des mortels. Il était de ces savants précieux dont la trempe est en voie de disparition. L’exactitude de sa vie était ajustée à ses propres fins, une vie modestement choisie. L’exactitude, selon l’étymologie, c’est aller à l’extrême pointe de ce qu’on est, et y trouver le centre de gravité de son existence. Un homme qui considérait tout le monde, allant du petit disciple au grand, du pauvre au riche, qui mettait tous les ‘‘talibés’’ au même pied.

Un saint érudit :

     Il est noté, dès l’introduction de Massalikul Djinnan du vénéré Cheikh Ahmadou Bamba Khadim Rassoul, que la science se divise en deux parties. L’une exotérique qui renvoie à la jurisprudence. L’autre ésotérique qui, elle, renvoie aux états d’âmes. En d’autres termes, la science du « fihq » et du « tassawuf ». Ces deux sciences s’allient, s’additionnent, se multiplient pour donner celle dont faisait montre El Cheikh Ibrahima SOUANE avec tout ce que cela régénère. La vérité de sa vie était tissée d’un savoir approfondi fondé sur une science de l’islam et du coran qu’il n’a cessé de transmettre aux « talibés » et à tous les musulmans. La mission dont il s’était assignée c’est celle de disséminer le savoir et la connaissance à travers un enseignement coranique irréprochable tout en guidant ses disciples sur la voie du Salut.

Au demeurant, Madina SOUANE est devenu un abreuvoir de la connaissance. La solide érudition, le savoir exotérique et ésotérique d’El hadji Cheikh Ibrahima Souané a laissé entrevoir les arcanes de sa science, ô combien mystérieuses. Un jour il a été rendre visite, avec sa délégation, Mawlana Serigne Saliou Mbacké à Touba. Dès leur arrivée, des ‘‘talibés’’ voulaient le présenter à Serigne Saliou Mbacké. Celui-ci avait dit  à ces derniers qu’il n’était pas nécessaire de le présenter parce qu’ils se connaissaient déjà. Et pourtant, c’était la première fois qu’ils se rencontrent…

 -L’ordre de l’invocation :

     «Hasbunâ lâhu wa neymal wakilûneymal mawlâ wa neymal nasirû », littéralement traduit par Dieu nous suffit, et quel meilleur garant ! quel meilleur secoureur ! et quel meilleur protecteur !, est la formule invocatoire du Khalife. Cette formule psalmodiée et scandée avec une voix retentissante par les disciples était révélatrice de sa proximité avec le Tout Puissant. Une proximité qui a dépassé quelque part notre perception en tant que disciple mais qui était palpable dans ses actes, dans ses prières et dans sa vision des choses et du monde…Cette invocation raffermit la conviction de l’unicité d’Allah et installe dans nos cœurs le « Tawhid » sans restriction aucune. Car, comme l’affirme Cheikh Al Islam ibn Taïmya, « le Tawhid prêché par les Messagers affirme que le statut de divinité n’appartient qu’à Allah : il consiste à témoigner qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah, à n’adorer que Lui, à ne placer sa confiance qu’en Lui, à ne s’allier aux autres hommes et à n’avoir d’ennemi que pour Sa cause, à n’œuvrer que pour Lui ».

     Nous sommes devenus des disciples parce que soucieux de notre vie d’ici-bas et celle dans l’au-delà. A cet effet, nous pensons aux sages conseils du vénéré Al-Ghazzâli dans Lettre au disciple : « Sache qu’à celui qui suit la voie d’Allahu ta’âlâ, il faut un maître pour guide et éducateur, qui, par sa bonne éducation, corrigera les mauvais penchants et leur substituera de bonnes habitudes. L’éducation ressemble, en effet, au travail du laboureur qui déracine les épines, sarcle le blé afin qu’il pousse mieux et donne une abondante moisson. Tout homme donc qui désire suivre la vraie voie ne peut se passer d’un maître pour l’éduquer et le guider dans la voie d’Allahu ta’âlâ.»

 -Un homme d’éthique et d’action :

     El Hadji Cheikh Ibrahima SOUANE était sans conteste une grande œuvre ou un grand œuvre mais il était aussi de grands actes. Il existe des liens indissolubles entre les œuvres et les actes. Car, les actes donnant à l’œuvre le poids de l’autorité, l’œuvre précisant la signification des actes. Quand on parle de lui, quand on l’entrevoit tel qu’en lui-même, on découvre des raisons supplémentaires de l’aimer et de l’admirer. Son éthique à un caractère pratique : la recherche perpétuelle d’une vérité assortie d’un don de Dieu. Une vérité qui se dévoile, se greffe à son don céleste.

     Habituellement, on traduit éthique par morale, qualités supérieures des mœurs, des comportements, des attitudes, des habitudes. Mais, selon l’étymologie, «ethos » veut dire coutume mais aussi «ce qui est propre à soi » et signifiant « soi-même ». C’est donc dire que la sienne est inhérente à sa nature.

 -45 ans de Khalifa sans fautes

     El Cheikh Ibrahima Souané a été Khalif à l’âge de 44 ans (1972). Son Khalifa a duré 45 ans. Il est, sinon le seul, du moins un des Khalifs du Sénégal à avoir fait 45 ans de mission (khalifa) pour le Seigneur. Pendant toutes ces années de mission, il n’a cessé d’œuvrer pour la paix, la tolérance, la justice, l’équité, la fraternité et l’altruisme. Son œuvre, pour l’islam, est incommensurable. En atteste la grande mosquée de Madina Souané qu’il a construite sans l’appui de l’Etat. Il s’était détaché de la vie mondaine et avait éduqué ses disciples dans des valeurs inspirées par la ‘‘sunna’’  du prophète Mohammed (PSL). Il avait, en tant que Khalife, tracé la voie du Salut à toute l’humanité à travers son attachement aux recommandations du Seigneur et à la ‘‘Sunna’’ du prophète (PSL). C’est en des termes très connotatives que son frère El Hadji Abdoulaye Karamba Souané, l’actuel Khalife, parle de lui : « Je vois des gens sérieux mais c’est El hadji Cheikh Ibrahima qui est le sérieux. Je vois des gens pieux mais c’est El Hadji lui-même qui est la piété. Les gens disent la vérité mais c’est El Hadji Cheikh qui est une vérité en soi. Les gens sont tolérants mais c’est El Hadji Cheikh Ibrahima lui-même qui est la tolérance ».

 Mille et une choses peuvent être dites et écrites sur ce Saint homme. Mais, on le reconnaît, à beau dire et à beau écrire on ne peut dire que ce qu’on connaît, ce qu’on sait sans avoir la prétention de tout dire ou de tout écrire sur lui. Nous prions pour qu’Allah l’accueille dans son Paradis et répand son œuvre afin que l’humanité puisse s’en servir. Amen ! 

 

El Hadji Omar MASSALY

 

Laisser un commentaire