Ads 1

FACE AU COVID-19, ÉVITONS TOUT ÉCRAN DE DIVERTISSEMENT (Ibrahima DIAKHATÉ Makama)

0 104

« …ET LES BAVARDAGES SE TAISENT DEVANT LE SERIEUX DE L’HISTOIRE » (HEGEL).

         1  L’ARROSEUSE ARROSEE

          Une vidéo circulant en boucle sur les réseaux sociaux laissent apparaitre une musicienne crachant du venin sur le ministre de la culture et, par-delà, snobant tous les sédhiouois qu’elle dépeint comme des incapables majeurs sur qui on ne saurait rien espérer de bon et à qui elle dénie toute dignité à occuper un tel poste de responsabilité.   

             En prenant une telle posture contre les sédhiouois, la femme en question a heurté de front tout Sédhiou. C’est pour cette raison qu’elle a essuyé une vague d’indignations et d’insultes à la hauteur de l’affront – quoi de plus normal ! Et, fort heureusement, au-delà du cercle restreint de Sédhiou, bon nombre de sénégalais, épris de cohésion nationale et arcboutés au commun vouloir de vie commune, ont eu à ruminer à fond leur « capacité d’indignation » !

          Ce qui est admirable dans cette histoire, c’est que cette riposte est constatée même chez certains adversaires les plus irréductibles du ministre qui ont eu à être solidaires et ont eu à montrer leur courroux face à cet affront contre les dignes fils de Sédhiou. Ce qui fait que finalement, cette sortie qui était ourdie pour régler des comptes contre le ministre a viré à une toute autre histoire.

         2 SEDHIOU MOTEUR DE LA CULTUREL AU SENEGAL

        Inculte, incrédule et ignare, la femme ne sait même pas, que Sédhiou est une terre de culture. Son legs culturel est le plus riche et ses acteurs culturels ont eu à porter haut le flambeau de la culture au Sénégal et dans le monde. Pour preuves : le 1er Secrétaire municipal de Sédhiou est le 1er écrivain et le 1er romancier du Sénégal et … d’Afrique avec sa publication des « Trois volontés de Malick » en 1920. Ousmane Sembène, le père du cinéma africain, qui est l’écrivain le plus prolifique du Sénégal est de Marsassoum dans la région de Sédhiou. L’UCAS – fédérant orchestre et troupe théâtrale – a eu à remporter maintes fois des prix nationaux et internationaux coiffant au poteau des régions riches en culture comme Saint Louis, Louga ou Ziguinchor ; en telle enseigne qu’elle fut mise hors concours. L’ancien Maire de Sédhiou, Balla Moussa Daffé, a été pendant longtemps le président du réseau sénégalais des socio-cultures qu’il a eu à insufflé un supplément d’âme.

          3 ATTENTION : UN ECRAN DE DIVERTISSEMENT QUI DETOURNE DE L’ESSENTIEL !

           Toutefois, faisons attention : la seule histoire, la seule qui mérite attention, est celle d’un virus qui a élu domicile à Sédhiou et a fini d’installer la psychose partout. Naguère, Sédhiou et la région du même nom se targuaient de figurer sur la short list des localités jusque-là restées indemnes face au coronavirus. Mais, aujourd’hui, elle compte des malades par dizaine. 

         Par conséquent, ce qu’il faudra éviter, c’est de perdre du temps devant cet écran de divertissement que nous a installé cette musichienne. Alors que l’attention, toute l’attention devrait être mobilisée – dans son entièreté – dans la lutte contre le coronavirus qui a fini de faire de Sédhiou l’épicentre de l’endémie au Sénégal avec 60 (détectés) cas au compteur.

          Pour cette raison, nous devons à tout prix, passer sous silence l’émotionnel devant cette quête de sensationnel et rester ferme sur le terrain du rationnel « devant le sérieux de l’histoire » !

         4 UNE SORTIE QUI TRAHIT UN CERTAIN ETAT D’ESPRIT ?

         La sortie de cette dame semble trahir un certain état d’esprit en règle dans certains cercles de la société sénégalaise, hélas ! Dans un niveau d’inconscient collectif, on pense à tort que les ressortissants des régions périphériques ne doivent pas arriver à certaines stations. Sous ce rapport, celui qui commet l’outrecuidance d’émerger doit en payer les frais et …cache ! Naguère, les attaques groupées injustifiées contre Sadio Mané et autres figures emblématiques sont à ranger dans cette volonté de sanction contre les « kaw kaw ».

          Mais la gravité de l’heure ne doit laisser place à aucun écran de divertissement. Car, pendant que notre attention est attirée par une personne en quête de buzz et quelques malheureuses vues, le virus lui, plus virulent que l’indélicate dame, continue sa gangrène. S’il en est ainsi, vaincre le covid 19 doit être le seul combat qui vaille. De ce point de vue, ne nous trompons pas de cible : la dame ne mérite aucune attention. L’attention, toute l’attention doit être centrée contre le coronavirus. Et que, tout compte fait, « les bavardages se taisent devant le sérieux de l’histoire » selon la célèbre formule hégélienne.

         IBRAHIMA DIAKHATÉ MAKAMA, Ecrivain.

         makamadiakhate@gmail.com

       

Laisser un commentaire