Ads 1

EXTREMISME VIOLENT: CARTON ROUGE POUR «TEX WILLER» SONKO! (Par Christophe DIATTA)

0 8 383

Quand, sur un terrain de football, un joueur se comporte trop violemment, l’arbitre lui donne un carton rouge et le chasse du terrain. Même quand le joueur a été provoqué, il est expulsé parce qu’il n’a pas su faire preuve de mesure et de retenue. De la même façon, Sonko ne mérite-t-il pas d’être éloigné de toute urgence du terrain politique sénégalais ?

Jamais dans l’histoire du Sénégal, un homme politique n’a prononcé un discours aussi violent que celui qu’il a tenu dimanche, en direct, sur plusieurs chaines de télé. Deux heures d’autojustifications sans aucune contradiction ni même question. Finalement, l’exercice a été parfaitement inutile car personne ne pouvait croire qu’une jeune fille  de 20 ans, sans aucune formation, pourrait soulager les douleurs de notre député mieux que tous les kinésithérapeutes du Sénégal. Quoiqu’elle soit « charmante », à en croire les publicités du salon de beauté en question…

On se demande d’ailleurs d’où viennent les gros moyens avec lesquels M. Sonko dispose aussi librement d’une partie des médias sénégalais. En tout cas, il est surprenant que, sans apparemment être gênés par leur déontologie professionnelle, certains journalistes choisissent de défendre « Kumba am ndey », le puissant député et karatéka Sonko, contre « Kumba amul ndey », la pauvre petite masseuse qui se plaint d’avoir été violée et qu’on insulte à tout-va.

On se demande aussi d’où sortent certains « manifestants » qu’on a vus à l’œuvre lundi, et qui ont fait preuve d’une maîtrise toute professionnelle de l’art d’exercer la violence. A l’heure où une katiba terroriste vient d’être démantelée à Kidira et que les plus grandes bases rebelles viennent d’être dispersées au sud du pays, la violence extrême prônée par Sonko pose un problème sérieux et invite à la plus grande vigilance.

Démesure et excès

Il faut rendre justice au président Abdoulaye Wade que l’on cite ces derniers jours comme un précurseur de la violence politique qui servirait de modèle au « Tex Willer » de la cité Keur Gorgui. En réalité, Wade a toujours su faire preuve de la plus grande retenue. Même dans les contextes les plus violents, comme en 1988, il a agi selon sa célèbre formule : « Je ne veux pas entrer au Palais en marchant sur des cadavres ». Quel rapport avec celui qui appelle ses militants à sacrifier leurs vies pour lui éviter d’entrer au Palais… de justice ?

Il faut également rendre justice au président Mamadou Dia dont le nom est injustement sali par une comparaison aussi répétitive que scandaleuse avec un amateur de petites masseuses étalant une grande richesse après une petite carrière de 15 ans aux Impôts. Nul n’ignore qu’après deux décennies de responsabilités parlementaires et gouvernementales, Mamadou Dia n’avait pas une seule maison. Victime de l’arbitraire senghorien en décembre 1962, il a tout fait pour éviter de « faire couler le sang sénégalais ». Ici, la comparaison est à la fois diffamation, falsification de l’histoire et hypocrisie manifeste.

« Troisième » par défaut

Le sens de l’équilibre et de la mesure démontré par nos deux anciens chefs d’État explique probablement leur place de choix dans la mémoire nationale. A l’inverse, c’est certainement la démesure et les excès qui perdront notre « troisième à la présidentielle de 2019 » qui ne doit cette position qu’au défaut des candidats sérieux de l’opposition, écartés du scrutin. Le seul fait de s’enorgueillir d’une position obtenue dans ces conditions décriées suffit pour prouver la fausseté et l’hypocrisie du client nocturne de « Sweet Massage ».

Il ne s’agit pas de dénoncer un projet quelconque, mais de constater qu’aucun projet politique progressiste ne peut être valablement porté par le roi des casseurs et des pyromanes. L’irruption de la jeunesse dans l’espace politique est une bonne nouvelle pour notre démocratie, mais son porte-drapeau actuel est son principal ennemi. L’extrémisme violent n’a pas sa place dans l’espace démocratique. Carton rouge pour Sonko !

Christophe DIATTA

Grand-Yoff

Laisser un commentaire