Ads 1

EL HADJI KARAMBA SOUANÉ AVAIT COMPRIS QUE L’ISLAM EST UN PROJET DE SOCIÉTÉ. BÂTIR L’HOMME, MODÈLE ET JUSTE, ÉTAIT AU CENTRE DE SA PRÉOCCUPATION. (Par El Hadji Omar Massaly)

0 192

C’est hier, alors que je m’apprêtais à sortir, que j’ai été informé du rappel à Dieu de notre khalife, guide spirituel et papa EL Hadji Karamba Souané. Totalement groggy par la nouvelle,  je m’assis sur un banc public en bas de chez moi, cogitant sur la vie, sur l’homme lui-même et sur la finalité. Trois chantiers auxquels le Cheikh a consacré sa vie. Il avait justement compris que l’Islam est un projet de société. Bâtir l’Homme, modèle et juste, était au centre de sa préoccupation.

On dit du Cheikh que c’est un homme d’éthique. Je dirais plutôt qu’il était l’éthique elle-même. Son éthique a un caractère pratique : la quête inlassable de la vérité, celle qui mène à Dieu. Souvent traduit par morale, qualités supérieures des mœurs, des comportements, des attitudes et des habitudes, il faut faire raisonner l’étymologie pour lire « ethos » sous éthique ; et donc coutume, « ce qui est propre à soi » et signifiant « soi-même ».

Cheikh Karamba Souané est sans conteste une grande œuvre, mais c’est aussi de grands actes. Il existe des liens indissolubles entre les œuvres et les actes. Car, si les actes donnent à l’œuvre le poids de l’autorité, les œuvres, elles, précisent la signification des actes.

EL Hadji Omar MASSALY
Ecrivain, président fondateur de la maison d’édition panafricaine ELMA et disciple du Khalife

Laisser un commentaire