Ads 1

Dr MALICK DIOP PORTE-PAROLE DE L’AFP : « BENNO DOIT ETRE PLUS SOUDE POUR RÉÉLIRE MACKY SALL EN 2019 »

0 62

                                                                                                                                                                                                                                                                                    Le Dr Malick Diop AFPPorte-parole de l’Alliance des forces de progrès (Afp), Dr Malick Diop, réaffirme l’ancrage du parti dirigé par Moustapha Niasse dans la mouvance présidentielle. Dr Diop estime que les partis qui composent « Benno Bokk Yaakaar » doivent insister sur le travail à la base et se souder davantage pour réélire le président Sall en 2019.

 

Comment se porte l’Alliance des forces de progrès ?

L’Afp se porte bien. C’est un parti politique organisé, structuré qui fait un travail de base dans les 45 départements du Sénégal. L’Afp est un parti politique qui est allé au congrès trois fois depuis sa création. Le parti a un leadership avéré par son secrétaire général, Moustapha Niasse qui le constitue, avec les autres jeunes, femmes et personnes du 3ème âge. Nous avons crée un parti politique d’obédience. C’est un parti qui bouge.

Est-ce que le parti n’est pas affaibli par les remous qu’il a connus récemment ?

Nous ne sommes pas un parti de 10 personnes. Nous avons un parti qui a des milliers de militants établis partout dans le Sénégal. Un parti politique structuré. Un parti qui bouge. Un parti où il y a souvent des idées différentes. Il y a eu des dérives venant de certains, mais le parti a su faire face et montré qu’il est plus fort que beaucoup d’autres partis. Nous faisons partie du top 4 des partis politiques au Sénégal. Ces remous ont permis de relancer d’autres responsables qui étaient en phase de stagnation politique. Il y a beaucoup plus de militants qui viennent à l’Afp. Cela est peut-être dû aux remous que nous avons connus. Nous sommes un grand parti organisé. Et rien ne peut nous ébranler.

Depuis 2012, l’Afp est membre de la coalition présidentielle « Benno Bokk Yaakaar ». L’Afp porte-t-elle cette coalition ?

L’Afp est dans Benno. Ce qui est remarquable est que de 2012 à aujourd’hui, qu’on puisse avoir une coalition présidentielle qui reste en l’état. Une coalition où il y a une augmentation du nombre d’adhérents. Les relations entre l’Afp et Benno sont caractérisées par le respect de la diversité. Bby est structurée. Nous avons une conférence des leaders. Des décisions sont donc souvent prises au plus haut niveau et appliquées à la base. Nous avons aussi le secrétariat exécutif politique, une structure des jeunes et des femmes. Nous avons une diversité. C’est dans la diversité qu’on peut s’améliorer et mieux travailler à l’augmentation des militants qui élargissent les bases de Benno.

Est-ce que cet élan n’est pas freiné par les querelles notées entre les partis qui composent la coalition ?

Au sein de tous les partis politiques, il y a des querelles internes. Dans un grand parti, il faut qu’il y ait des querelles. Sinon ce n’est pas un grand parti. Il faut qu’il y ait une diversité, mais l’essentiel est que les gens puissent trouver des solutions pour avancer. Dans une coalition, c’est encore plus compliqué. Benno est une coalition de coalitions avec des obédiences différentes. Naturellement, les idées ne sont pas les mêmes. L’essentiel est que les objectifs sont les mêmes.

La répartition des postes de responsabilité a été décriée…
Les discussions qui concernent la répartition des responsabilités se font au plus haut niveau. C’est là-bas où, en toute responsabilité, les discussions se font. Maintenant, ce qu’il y a à l’intérieur, je ne pense qu’il y ait lieu de parler de la cuisine interne de Benno. C’est une coalition bien organisée. Les choses se passent à l’intérieur. C’est à l’intérieur que tout doit se faire.

Que répondez-vous aux rumeurs qui font état d’un refus de Moustapha Niasse de quitter la présidence de l’Assemblée nationale ?

Je dis de manière claire que tout ce qui a été dit est faux. Quand je l’ai dit personne n’a plus parlé de cela. Ce sont des contrevérités. Le second élément est clair. Le président a dit que son choix est porté sur le président Moustapha Niasse, pour une raison de stabilité, de loyauté et de capacité managériale. A l’Assemblée nationale, on a besoin de l’expérience des uns et des autres. Moustapha Niasse est un homme expérimenté. C’est une chance pour les Sénégalais.

Pensez-vous qu’il peut faire mieux que ce qu’il a fait de 2012 à 2017 ?

Il fera mieux. Il a commencé plusieurs réformes. Il va d’ailleurs faire un livre blanc qu’il mettra à la disposition des Sénégalais. Au de-là du livre blanc, il va améliorer, tout ce qui a été fait à l’Assemblée nationale. C’est un homme d’action, de progrès.

Depuis 2012 la coalition Bby a résisté. L’Afp milite-t-elle pour son maintien ?

La coalition « Benno Bokk Yaakaar » est dirigée par le président Macky Sall. L’Alliance des forces de progrès (Afp) ne fonctionne pas à demi-mesure. Nous sommes clairs dans nos convictions. Si nous ne sommes pas convaincus, nous sortons. Nous avons fait 11 mois de compagnonnage avec le président Abdoulaye Wade en 2000, parce que nous n’avions pas les mêmes orientations. Par contre, depuis 2012, l’Afp a pris la décision de travailler à réélire, en 2019, le président Macky Sall comme chef de l’État. Pour cela, il faut que Bby soit encore plus soudée. Que les partis de Benno continuent de travailler à la base. Benno compte beaucoup sur le travail politique à la base de l’Afp dans les 14 régions. Tout doit se jouer à la base. On ne peut pas gagner l’élection présidentielle si l’on ne va pas à la base. Le président Niasse a compris cela. C’est pourquoi, l’Afp est en permanence à la base pour augmenter le nombre de militants. C’est ça qui va nous faire gagner en 2019

Source : L’Essentiel

Laisser un commentaire