Ads 1

DIALOGUE NATIONAL : « LA COALITION DIOMAYE PRÉSIDENT NE SAURAIT S’ENGAGER QUE SUR UNE CONCERTATION DONT L’OBJET EXCLUSIF PORTE SUR LA FIXATION SANS DÉLAI DE LA DATE DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE »

0 937

La coalition Diomaye Président ne ferme pas hermétiquement la porte pour répondre à un éventuel dialogue ou concertation..

Toutefois, elle « tient à préciser, d’un commun accord avec le Collectif des candidats, qu’elle ne saurait s’engager que sur une concertation dont l’objet exclusif porte sur la fixation sans délai de la date de l’élection présidentielle. Elle rappelle au Président Macky SALL qu’aucun dialogue ne saurait primer sur le respect, sans concession, des principes et des règles qui fondent notre République ».

Cette position est défendue dans un communiqué de la coalition, reçu à la rédaction de Dakarmedias.

Voici le communiqué en intégralité

« Alpha Tounkara, Modou Guéye, Landing Camara et maintenant Prosper Clédor Senghor. Quatre noms qui s’ajoutent à la longue liste des martyrs de la lutte pour le respect de la Constitution. Quatre vies qui ont été prises trop tôt. Quatre vies de trop. Puissent-ils être accueillis par notre Seigneur dans Son Paradis.

La Coalition Diomaye Président présente ses sincères condoléances à leur famille et plus particulièrement aux étudiants de l’Université Gaston Berger. Que leur âme repose en paix.

Malgré l’annonce d’une prise de parole du Président, ce jeudi 22 février, la coalition Diomaye Président ne peut que constater, avec regret, qu’une semaine après la décision du Conseil constitutionnel n°1/C/2024 annulant le décret Présidentiel du 3 février 2024 et la loi constitutionnelle du 5 février 2024, le Président de la République a jusqu’ici refusé de convoquer le corps électoral pour organiser l’élection Présidentielle avant la date d’expiration de son mandat (considérant 14 de la décision du Conseil constitutionnel). Nonobstant son engagement à « faire pleinement exécuter la décision du Conseil constitutionnel » du 15 février 2024, ce mutisme participe à nourrir une incertitude juridique et politique dont il est l’unique responsable. Il n’y a aucune justification à ce dilatoire entretenu au plus haut sommet de l’État. Faudrait-il enregistrer d’autres morts à la suite de manifestations pour contraindre le Président Macky Sall à appliquer enfin la décision du Conseil constitutionnel ?

La coalition Diomaye Président tient à préciser, d’un commun accord avec le Collectif des candidats, qu’elle ne saurait s’engager que sur une concertation dont l’objet exclusif porte sur la fixation sans délai de la date de l’élection présidentielle. Elle rappelle au Président Macky SALL qu’aucun dialogue ne saurait primer sur le respect, sans concession, des principes et des règles qui fondent notre République. Le respect de la Constitution et des décisions du Conseil constitutionnel ne peut faire l’objet d’aucune compromission sur le dos du peuple souverain.
Le peuple sénégalais est en droit d’élire son prochain Président dans les délais inextensibles fixés par le Conseil constitutionnel. Tout dialogue ne pourra se faire qu’après la prestation de serment du prochain Président, qui aura dès lors toute la légitimité pour reconstruire la cohésion nationale et le vivre-ensemble.
Dans l’attente de la communication du Président Macky SALL, la coalition Diomaye Président appelle à la vigilance du peuple sénégalais, des forces vives de la nation et de la communauté internationale. Elle exige la poursuite du processus électoral en cours tel que confirmé par le Conseil constitutionnel dans sa décision du 20 février 2024 réaménageant la liste des candidats conformément à l’article 34 de la Constitution. En outre, la coalition réclame la libération de tous les détenus politiques qui sont simplement victimes de l’arbitraire du pouvoir.

La coalition exhorte les Sénégalais à faire preuve d’une mobilisation sans faille pour défendre leur Constitution et les acquis démocratiques conquis de haute lutte et qui font la stabilité et la fierté de notre pays.

La coalition Diomaye rappelle au Président Macky SALL que l’éthique est une vertu non négociable. Par conséquent, elle ne saurait déroger à la radicalité qui a été jusqu’ici la sienne lorsqu’il s’agit de défendre l’ordre constitutionnel, la légalité et l’État de droit. »

Fait à Dakar le 21 février 2024.

Laisser un commentaire