Ads 1

DÉPISTAGE GRATUIT DU CANCER DU SEIN : PLUS DE 900 FEMMES RÉPONDENT A L’APPEL DE LA LISCA

0 67

Comme annoncé lors de la journée de lancement d’octobre rose, la ligue Sénégalaise contre le Cancer (LISCA) a organisé ce samedi 08 une journée de dépistage gratuit du cancer du sein.

Ces journées de dépistage gratuit qui prennent de plus en plus de l’ampleur sont très appréciées et attendues par les femmes qui n’ont souvent pas les moyens d’aller se faire consulter en temps normal.

Et déjà vers 11h, les membres de la LISCA avaient fini de distribuer plus de 900 tickets de consultations aux femmes venues se faire dépister au niveau du siège de cette ligue situé sur les deux voies de sacré cœur 3 à Dakar.

Revenant sur l’importance de ces journées de dépistage, le Professeur Mamadou DIOP, directeur de l’institut du cancer et vice-président de la LISCA  déclare que « ces journées sont extrêmement importantes puisqu’il s’agit de sensibiliser contre le cancer du sein, d’informer les femmes, revenir également sur les différents facteurs de risques, les moyens de prévention et les traitements existants, mais surtout la mammographie qui est le seul moyen universellement reconnu de dépistage du cancer du sein à un stade précoce. Et nous avons constaté, dans notre pays, que les problèmes de prise en charge sont surtout liés à une consultation tardive, il est donc extrêmement important que cette mammographie soit accessible à l’ensemble des populations. Et ça c’est le combat, c’est le challenge de la LISCA qui, depuis des années, trouve des moyens financiers au niveau de généreux donateurs pour pouvoir subventionner cette mammographie qui est entre quarante mille et à plus de cent mille francs cfa au niveau des différents radiologues publics et privés».

Concernant l’âge de survenu de la maladie, le Professeur DIOP insiste pour dire que « toute femme à partir de quarante ans doit faire une mammographie tous les trois ans » avant d’ajouter que « la  mammographie permet de détecter une lésion qui n’est pas palpable, ni par la femme elle-même, ni par un médecin. Donc c’est extrêmement important puisque plus le diagnostic est fait suffisamment tôt, plus il y a des chances de guérison ». Et le Professeur de poursuivre : « Maintenant les femmes qui ont une histoire familiale, surtout au premier degré, c’est-à-dire la mère, la sœur, la grand-mère, ou même au second degré, c’est-à-dire les cousines, ces femmes-là ont un risque beaucoup plus important et peuvent se faire examiner dès l’âge de 30 ans par un médecin,  régulièrement, et faire la mammographie à partir de 35 ans».

Remerciant les généreux donateurs, par la voix du Dr Sokhna DIAGNE, vice-présidente en charge de la recherche de fonds, la LISCA a tenu à remercier particulièrement le président de la république SEM. Macky SALL, ainsi que la première dame Mariéme Faye SALL, la marraine de cette édition, qui a signé une convention avec la « Fondation Lalla SALMA » du Maroc pour appuyer la lutte contre le cancer.

Irama SANE

Laisser un commentaire