Ads 1

« …CERTAINS PARTIS POLITIQUES SONT PARFOIS DANS UNE LOGIQUE ALIMENTAIRE… » SELON Me ALIOU SOW

0 78

Me Aliou SOWIl est l’un des acteurs politiques à être reçu par le président de la République pour lui annoncer son soutien, sans faille, à la conduite des affaires de la nation. Me Aliou Sow, leader de la Plateforme Pour l’Emergence et la Citoyenneté du Sénégal (PRECIS) rappelle, dans cet entretien, qu’il faut distinguer et dissocier le militant du vrai homme politique. Dans ce round up des questions qui agitent l’actualité nationale, l’avocat-politique regrette que certains partis politiques sont parfois dans une logique alimentaire, une situation qui est à l’origine des sorties maladroites des hommes politiques à la recherche de strapontins et de privilèges. Pour le leader du PRECIS, l’émergence commence par mettre en pratique la paire ‘’capital humain bien formé et des ressources bien distribuées’’. Entretien

 

Pensez-vous qu’avec le dernier remaniement ministériel, le président de la République Macky Sall est guidé par la même logique prônée il y a cinq ans quand il venait au pouvoir ?

Du point de vue du programme, je pense que le président de la République est en train de corriger les inégalités sociales. Je puis vous dire que nous avons des éléments d’appréciation qui permettent de dire qu’il est en phase avec le programme pour lequel il a été élu. Je prends l’exemple du PUDC, de la couverture maladie universelle et des bourses familiales qui constituent de bons points pour juguler les inégalités sociales. Ensuite, il y a le fait que le président de la République s’était inscrit dans la logique d’éradiquer ces inégalités sociales pour que le Sénégal des profondeurs, nos compatriotes du monde rural, et tous ces laissés pour compte, puissent avoir les moyens de se reconnaître dans la gestion de l’Etat. Maintenant, il y a d’autres aspects sur lesquels on constate que la gestion des équilibres politiques et socio-économiques fait qu’on doit se dire que le président est à l’épreuve du pouvoir. Un fait qui n’est rien d’autre que le fossé ente les ambitions d’un candidat et les réalités qui entourent la gestion du président.

Est-ce à dire donc que ce remaniement est purement politique ?

Le président gouverne le pays avec une coalition hétéroclite et avec des sensibilités plurielles, mais il est resté ouvert à toutes les forces vives de la Nation. Ceci fait que dans la composition d’un gouvernement, il prend en compte non seulement les alliés politiques classiques avec lesquels il a accédé au pouvoir, mais aussi ceux qui ne cessent de le soutenir dans le cadre de ses différents programmes pour une stabilité politique et économique du pays. Une nation ne se fait pas seulement qu’avec les politiciens, il y a également les opérateurs économiques, les acteurs sociaux reconnus, etc. Tout ce monde participe à la gestion du pays et donne également son point de vue, ils ont tous un vécu et un capital-expérience qui permettent de les consulter afin de prendre en compte leurs préoccupations, leurs idées.

Pensez-vous que le président de la république accorde une certaine considération à cette frange de la population ?

Je pense que oui. Un président parle à tout le monde, il consulte beaucoup de gens, aussi, il est obligé de gérer tout le monde, car c’est cela qui fait la paix dans une nation. De ce point de vue, je comprends parfaitement qu’il puisse s’ouvrir aux sénégalais et sénégalaises qui veulent apporter une contribution à l’édification d’un pays fort, émergent.

Le président de la République a été élu par rapport à des objectifs précis. Est-il normal aujourd’hui après cinq ans au pouvoir, qu’il soit à l’épreuve du pouvoir ?

En fait le pouvoir s’exerce à géométrie variable, il n’est pas linéaire, c’est la gestion d’hommes avec leurs ambitions, leurs caractères, leurs états d’âme, leurs passions, leurs craintes, leurs intérêts. C’est comme dans tous les rapports sociaux dynamiques, à l’image de l’activité politique. On peut comprendre aisément, dans le cadre de l’animation politique, des dynamiques de changement et la conduite des procédures politiques, qu’on puisse aller vers des alliances, vers des ruptures. Mais, ce qu’il faut noter, à ce stade-là, est qu’il est important qu’elles soient fondées sur des convictions et non sur la gestion clanique d’intérêts.

Est-ce que ces convictions sont-elles toujours là ?

Oui elles sont toujours là. Du point de vue des grands axes, de l’idéologie, de la conception que le président a du pouvoir et du contrat social, on peut dire qu’il est toujours en phase avec tout le monde.

Vous parliez tout à l’heure d’un président qui doit s’ouvrir à tout le monde, parler à tous et prendre en compte également les humeurs, les états d’âme des uns et des autres. Au vu de tout cela comment comprenez-vous l’attitude de ceux qui se montrent frustrés une fois qu’ils quittent le gouvernement ?

Cela pose le problème de la formation militante. L’Etat est un instrument puissant, un cadre assez étrange qui requiert, dans l’exercice de ses activités, une attitude, à savoir le devoir et l’obligation de réserve, mais aussi la capacité à transcender les clivages. Cela veut dire tout simplement que chacun doit se dire qu’il sera un jour remplacé par un autre pour une continuité du travail. Il faut interroger la gestion des partis politiques qui ont une mission de formation, d’éducation à la culture d’Etat. Mais on constate de plus en plus que les partis politiques sont plus parfois dans l’idéologie alimentaire qui est un danger non seulement pour un Etat, pour la nation, mais aussi pour les populations.

Que faudrait-il faire pour pousser les militants à s’armer de toutes ces qualités et accepter d’être remplacés par un autre ?

On doit revenir à l’orthodoxie des nominations. Je pense que pour accéder à un certain niveau de l’Etat, il faut suivre une carrière. On vous donne les rudiments des fonctions étatiques. Car, servir l’Etat est comme tout autre métier pour lequel on doit être bien préparé, avoir un certain comportement et des bonnes pratiques. Même du point de vue des visions aussi, il faut savoir que ce n’est pas le narcissisme qui fait un homme d’Etat, mais la capacité à s’élever. Et c’est là où on mesure la différence entre le militant qui est inlassable, infatigable, intarissable et le politicien qui s’épuise vite, renonce très tôt, abandonne en pleine lutte parce que c’est l’intérêt immédiat qui le préoccupe.

Quelle appréciation faites-vous de la sortie de Mamadou Ndoye de la LD ?

C’est une déclaration maladroite. Je pense que quand on a un certain niveau de responsabilité, il y a matière à ne pas se lancer dans certaines considérations. Ces propos posent le problème de la gestion de nos combats politiques. Depuis bien avant 2 000 les alliances se font autour de « ôte-toi delà que je m’y mette ». Cela veut dire qu’on ne mettait pas avant nos convictions, les idéologies, les lignes politiques pour penser aux intérêts. Ce qui fait qu’une fois qu’il y a séparation, on s’allie avec d’autres pour essayer d’éliminer celui qui est au pouvoir. On se rend compte après que la mayonnaise ne peut pas prendre, parce que les gens n’ont pas les mêmes convictions, car c’est juste une opération de règlement de compte. Et en matière de perspectives politiques, il faudrait que notre génération puisse dire qu’on ne peut plus continuer ainsi. Il faut que nous puissions s’organiser pour poser les vrais débats de société, les bonnes questions et problématiques pour le pays.

Pensez-vous que les retrouvailles Macky Sall-Abdoulaye Wade sont possibles ?

Je pense que c’est possible. Sur le plan idéologique, il serait plus facile que ces deux hommes puissent se retrouver, parce qu’ils partagent l’idéologie libérale. Personnellement je prône même la mise en place d’une grande alliance libérale pour soutenir le président de la République.

On peut dire donc que l’appel au dialogue national du président de la république peut avoir un succès ?

Le président consulte et s’ouvre à tout le monde, ce qui veut dire que le dialogue politique est nécessaire, car nous avons besoin de la paix pour assurer le développement de ce pays. Mais le dialogue doit se reposer sur des données objectives, il doit être un dialogue transparent, mais il ne doit pas être fait entre quatre murs. Le dialogue doit être ouvert, inclusif et participatif pour que le citoyen puisse dire voici les questions sur lesquelles les acteurs politiques ont trouvé des accords qui permettent au pays d’avancer, d’aborder les vraies questions et de surmonter les obstacles. Ce dialogue doit permettre au pays de quitter ce cercle vicieux dont je parlais tout à l’heure

Peut-on compter sur la jeunesse pour changer la donne en matière de politique ?

Nous sommes porteurs de vision, de convictions et sommes engagés à servir notre pays. Mais, nous n’avons pas de leçons à donner à qui que ce soit, ce serait prétentieux de notre part. Cependant, il y a matière à revoir la manière de conduire notre politique. La centralité de l’activité politique ne doit pas être partisane, mais orientée vers l’amélioration des devenirs des sociétés. Les gens doivent voir quel est l’apport de l’idéologie socialiste, libérale dans la construction de nos sociétés. En définitive, après le passage de chaque régime, qu’on puisse trouver une valeur ajoutée liée à sa gestion.

Sur ce point, on constate que la demande sociale revient toujours. Quelle est la solution selon vous ?

Il y a dans notre pays des phénomènes qui gangrènent la vie politique et qui fait qu’à chaque fois qu’un régime vient, il est aussitôt étouffé par la demande sociale. Il y a une manière de prendre en charge cette affaire. C’est d’abord lié à l’éducation qui pose un grand problème dans ce pays. Notre système éducatif souffre, car il y a une désarticulation totale dans ce domaine. On ne peut pas comprendre, dans un pays en développement, qu’il y a encore des gens qui ne peuvent pas payer les frais d’éducation de leurs enfants dans le privé. Il y a matière à retravailler le contrat de confiance entre les usagers du service public de l’éducation et le système éducatif. On devrait, à ce niveau-là, travailler à rétablir les inégalités entre le privé qui constitue la ruée ou même la règle, et là on risque d’assister à une privatisation de l’éducation. On pourrait comprendre que cela se passe au niveau de l’enseignement supérieur, mais au niveau primaire on devait assurer l’accès démocratique à l’éducation qui doit être de qualité et fiable. Je pense que c’est une vraie question que les acteurs politiques doivent étudier et qu’on ne nous parle pas d’assises au sens de réformes d’institutions politiques. Il doit même y avoir une mobilisation de la société civile au tour de l’éducation. On salue quand même les initiatives qui sont prises pour que l’école soit sauvée.

Pensez-vous que le gouvernement pourra régler le problème de la demande sociale d’ici 2019 ?

Le président de la République a mis en place des programmes, mais qui ne sont pas suffisants pour ce pays, il faut interroger d’autres acteurs comme l’habitat social. De ce point de vue, j’interpelle le chef de l’Etat pour qu’il ramène la SN HLM et la SICAP à leurs fondements classiques. On ne doit plus laisser ces gens-là continuer à spéculer. Le pays étouffe à cause de la spéculation foncière. Il arrive de voir une société qui avait, à sa création, des vocations sociales, et qui par la suite, devient une entreprise commerciale. Conséquence, les bénéficiaires originels sont écartés au profit de grands groupes privés et de promoteurs qui sont en train de s’enrichir au détriment des masses laborieuses. En dehors de l’habitat social, il y a la prise en charge de la Justice. Il faut qu’on puisse développer la commission d’office pour que le citoyen qui a un problème devant la Justice puisse avoir un avocat commis par l’Etat, parce qu’il lui doit ce service. Il y a aussi un problème dans le régime des retraites. Sur ce plan, on doit penser à la redistribution de ressources en améliorant le système et les revenus. On a des retraités qui sont hyper fatigués, ce qui ne doit pas correspondre avec le système de solidarité sociale et intergénérationnel qui doit animer une nation.

Quelles sont vos ambitions avec le mouvement que vous avez créé ?

Pour être clair, je l’ai dit et je le répète. Je suis entré dans l’APR pour soutenir le président de la république. Donc, considérez que maintenant je suis membre à part entière de l’APR. Quand il m’a reçu, on discutait pour voir la meilleure appellation qui puisse correspondre aux qualificatifs pour l’Etat des défis à relever, c’est-à-dire une vraie alliance pour la République. Si on doit se référer à la France on pourra parler d’égalité, de liberté et de fraternité, mais aussi de la centralité de l’être humain. C’est-à-dire l’homme au cœur des politiques sociales, publiques, de l’activité militante pour faire de sorte que, même si je ne suis pas d’accord avec vous, vous puissiez avoir la parole. Ou, face à la Justice, que vous parveniez à avoir droit à une assistance. En plus des débats d’égalité, il faut penser à la loyauté du débat politique et revoir les rapports entre le citoyen et l’Etat, entre les usagers du service public et l’administration. C’est pourquoi je dis toujours que l’Etat a deux leviers pour son développement : des hommes bien formés, politiquement conscients, techniquement compétents et des ressources bien gérées et redistribuées au bénéfice des populations.

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire