Ads 1

APRÈS LA BAULE, LA 2ÈME VAGUE DÉMOCRATIQUE VIENDRA D’AFRIQUE (Par Yoro DIA)

0 716

Paradoxalement, la vague de coups d’Etat que nous avons en Afrique de l’Ouest annonce un printemps démocratique, parce que les militaires n’ont pas de forces sociales pour durer et encore moins la complaisance et la complicité de l’Extérieur qui permettaient aux putschistes de tenir entre les indépendances et la chute du mur de Berlin. Des indépendances à la chute du mur de Berlin, le pouvoir était au bout du fusil et du soutien de l’Occident ou de l’Est dans un contexte de guerre froide. Ce n’est pas un hasard, si le sommet de la Baule se tint dans la foulée de la chute du mur, pour faire comprendre aux dirigeants africains que le monde avait changé et qu’il fallait s’adapter en instaurant la démocratie.

Comme dans la plupart des pays africains, la légitimité ne venait pas du Peuple mais dépendait principalement du parapluie militaire et/ou économique français, ils acceptèrent les nouvelles règles du jeu qu’ils comprirent comme un jeu d’échecs. Ils respectèrent toutes les règles du jeu démocratique sauf la règle essentielle : l’élection comme mécanisme de remise en jeu du pouvoir, c’est-à-dire des élections libres et sincères. L’élection changea de nature mais pas de fonction entre le temps des partis uniques et celui de la démocratie. L’élection était restée une simple formalité pour donner un vernis légal au pouvoir. C’est ainsi que les autocrates africains vidèrent de leur substance les engagements pris à la conférence de la Baule, jusqu’à ce que l’ouragan de la révolution burkinabè impose de nouvelles règles du jeu.

Depuis que les Burkinabè ont chassé leur tyran, la page de la Baule (démocratie imposée par l’Extérieur) est fermée parce que dorénavant, les causes et les forces endogènes priment sur la volonté de l’Extérieur. La révolution populaire burkinabè, qui a chassé Compaoré, et celle démocratique du Sénégal en 2000, qui a imposé Wade qui, tout le monde le sait, n’était pas le choix de la France, en sont des preuves.

La première vague démocratique était partie de la Baule pour jeter dans les poubelles de l’histoire les partis uniques, les pères de la Nation, présidents à vie et autres autocrates. La 2e vague est partie d’Afrique, notamment de Ouaga et elle sera plus forte parce qu’elle sera endogène et elle emportera ceux qui ont utilisé l’ascenseur démocratique (Condé) pour arriver au pouvoir avant de le bloquer, mais aussi tous les putschistes qui n’ont pas le sens de l’histoire ou simplement du bon sens. Les thèses culturalistes (la démocratie n’est pas faite pour les Africains) qui ne sont que des théories superficielles et collatérales, vont aussi être emportées par la 2e vague. Les Africains, comme Saint Thomas, ont vu des exemples de démocraties qui fonctionnent et surtout ses vertus. Ce n’est pas un hasard si les pays les plus stables de notre région sont des démocraties qui fonctionnent, à l’image du Sénégal, du Cap-Vert, du Benin et Ghana.

Le Benin et le Ghana, qui ont des traditions de coup d’Etat, sont devenus des pays stables depuis que les règles du jeu démocratique sont devenues le moteur de la vie politique. Le problème, ce n’est pas la démocratie mais les carences de démocrates. C’est toute la différence entre Wade et Condé, qui ont tous deux été des opposants historiques et qui sont arrivés au pouvoir. N’eut été Wade et sa longue opposition, il n’y aurait pas d’exception sénégalaise. Wade qui est un démocrate, avait une ambition pour son pays, alors que Condé en bon despote n’a jamais eu de l’ambition que pour sa personne. Wade a tenté un 3e mandat, les Sénégalais ont réglé la question démocratiquement grâce à l’alternance qui est une respiration démocratique.

Condé a forcé un 3e mandat, cela s’est réglé de façon tragique, avec un coup d’Etat qui est toujours un bond en arrière. Quand on peut changer de régime grâce à l’alternance, il n’est point besoin de révolution ou de coup d’Etat. C’est pourquoi le Ghana, qui est passé du cycle des coups d’Etat à celui des alternances démocratiques, est train de se concentrer à l’essentiel : la question économique, alors que la Guinée est dans un éternel recommencement. La Guinée, l’avant-garde, est devenue l’arrière-garde par la faute de ses dirigeants qui, s’ils ne sont pas des soldats sans aucune vision, sont des politiciens paranoïaques en quête permanente de complots imaginaires. Rien ne pourra arrêter la deuxième vague, parce que la démocratie n’est plus une greffe occidentale, elle est aussi devenue une demande sociale en Afrique.

Laisser un commentaire