Ads 1

AFFAIRE SONKO : ATTENTION DANGER (Par El Hadji Omar MASSALY)

0 13 310

Le temps des certitudes et des scénarii écrits d’avance semble être révolu. Le Sénégal, après un lundi (08 février) tendu et une semaine mouvementée avec l’affaire Sonko, est au bord du gouffre. Les faits : une jeune fille de 21 ans porte plainte contre Ousmane Sonko et l’accuse de « viols et menaces de mort ». Suite à cette plainte de l’accusatrice, la Section de Recherches de la Gendarmerie de Colobane hérite de l’affaire et convoque le leader de Pastef-les Patriotes qui, refusant de déférer automatiquement à la convocation, argue que son immunité parlementaire doit être levée a priori. Il s’en est suivi une journée tendue entre les forces de l’ordre et les militants de Sonko venus soutenir leur leader. C’était l’intifada dans la capitale et dans certaines régions du Sénégal (Louga, Bignona…). Un signal fort que les militants de Pastef lancent au pouvoir de Macky Sall, soupçonné d’avoir ourdi un « complot » contre un adversaire potentiel redoutable. L’enquête se poursuit…

Le théâtre d’ombres, qu’est devenu la scène politique sénégalaise, se révèle dans la cabale politique contre les adversaires potentiels. À tous les étages, ce ne sont que des rivalités impitoyables, coups de Jarnac et chaussetrapes. Le président Macky Sall semble se plaire dans ce jeu labyrinthique et machiavélique. Pour monter il faut écraser, telle semble être la logique du Président Sall. C’est la loi du talion, depuis son accession au pouvoir en 2012 : œil pour œil, dent pour dent. Son objectif était clair puisque, disait-il, il faut « réduire l’opposition à sa plus simple expression ». Karim Wade a été l’agneau du sacrifice pour une gestion du PDS dont Macky Sall a été aussi comptable que d’autres (il était premier ministre de Wade, président de l’Assemblée nationale…). Khalifa Sall a payé pour avoir refusé de s’allier. L’objectif visé : les écarter de la course à la présidentielle de 2019. Ce qu’il avait bien réussi. Ce qui s’était passé avec Karim Wade et Khalifa Sall, tend à devenir la règle dans le landerneau de la politique sénégalaise. Mais cette fois-ci, ça sent quelque peu mauvais… Pavé dans la mare.

Qu’en est-il du cas Sonko ? Issu de famille modeste, après des études de droit à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, Ousmane réussit le très sélectif concours de l’ENA, dont il sort inspecteur des impôts et domaines. 15 ans de service, le leader de Pastef se targue d’être très « clean » dans sa gestion des deniers publics. Il ne cesse d’avouer qu’il n’a jamais touché 1 seul petit franc de l’argent du contribuable. Redoutable syndicaliste, il sera découvert par le grand public après sa radiation de la fonction publique. Radié par Macky Sall, dont l’acte l’a propulsé, Ousmane Sonko aura un discours de rupture qui séduira plus d’un. Il charge le pouvoir, il a du culot, assène ses vérités, semblant bénéficier du soutien de gens tapis dans l’ombre dans la haute hiérarchie de l’administration qui lui livrent des informations et les secrets les plus enfouis, démonte «la gestion nébuleuse » de Macky Sall, défend le bas peuple et les intérêts de la Nation, il devient rapidement la coqueluche des médias et séduit le bas peuple qui miaule leur détresse à longueur de journée.

Sur fond d’une communication politique assez intelligente qui frise quelquefois le populisme, Ousmane Sonko, avec son discours audacieux et rassurant, a su construire une image de leader charismatique et déterminé, seul capable de réparer le mal. Sa technique de communication, qui passe bien et gagne la bataille de l’opinion, se met en scène selon une dramaturgie qui s’appuie sur deux composantes : 1) la dénonciation du mal social, dont le peuple est victime et dont on stigmatise la cause ; 2) la promesse d’une réparation de ce mal en défendant des valeurs et proposant des moyens radicaux. Cette méthode de com’, avec en toile de fond des idées qui sous-tendent la souveraineté économique, l’éthique politique, l’équité sociale…, capte l’attention du public et exerce sur lui ce qu’on appelle en sociologie politique « une autorité et une fascination irrésistibles ».

Très vite, Sonko développe une influence dans le landerneau politique avec un savant mélange de visibilité, d’expertise, de notoriété et d’engagement. C’est tantôt dans la peau de Cheikh Anta, tantôt dans la peau de Mamadou Dia ; deux grandes figures politiques du Sénégal. Il devient le coup de cœur et l’espoir d’une jeunesse déçue des politiciens professionnels et des leaders qui n’en font qu’à leurs têtes. Il devient l’homme politique le plus écouté et le plus influent. Pour une première participation à une élection présidentielle, il décroche 15%. Atteints par une cécité politique, certains leaders disent toujours que le « phénomène Sonko n’ira nulle part ». Et pourtant, il continue de déranger le pouvoir avec un président de la République qui, comme beaucoup de responsables de l’APR, semble être allergique à la critique.

L’ascension fulgurante de Sonko, qui a su récupérer les frustrations d’une jeunesse sénégalaise choquée par le pillage de nos ressources et la fracture sociale, est marquée par un contexte de printemps africain. La jeunesse africaine est devenue consciente et commence, c’est prouvé dans beaucoup de pays, à ressasser les pensées de Cheikh Anta Diop, de Thomas Sankara, de Mandela, de Kwame Nkrumah, de Mamadou Dia, de Samir Amin, de Kako Nubukpo…. Un vent, de fronde révolutionnaire, souffle à l’horizon avec une jeunesse engagée contre l’impérialisme et le néolibéralisme et qui se voit en des leaders comme Ousmane Sonko, Guy Marius Sagna, Babacar Diop, Bobie Wine, Nathalie Yamb, Kemi Seba…qui ont un discours révolutionnaire. Le printemps africain se lève et ce sont les peuples qui, harassés par des gouvernements autoritaires et corrompus, par des conditions de vie indécentes, aspirent à un sursaut démocratique.

Ce contexte, de prise de conscience de la jeunesse africaine, notamment celle sénégalaise, rend l’affaire Sonko sensible. La plupart des hommes politiques, et certains analystes politiques, refusent d’avoir une analyse objective de l’avènement de Sonko sur la scène politique sénégalaise. À vrai dire, le leader de pastef a plus de militants que d’adhérents à son parti politique. La plupart des gens qui le soutiennent, militent surtout pour les idées qu’il défend de façon constante. D’où la forte résistance de ses militants face un éventuel emprisonnement de celui qu’ils considèrent comme « l’espoir de la Nation ». Lénine avait raison de dire : « Quand l’idée pénètre la masse, elle devient une force». Les gens ne se focalisent point sur le fait qu’il ait été dans un salon de massage, mais plutôt sur le fait qu’un complot ait été fomenté pour emprisonner un adversaire potentiel. Un message que le président Macky Sall doit décoder…

De mon humble avis, je pense, sur la base d’informations recoupées et crédibles, que cette affaire serait purement un « complot » pour mettre dans le pétrin un adversaire potentiel.

L’objectif visé, c’est de lui coller une peine lourde dans le but de lui faire perdre ses droits civils et politiques… C’était prévisible et les observateurs parlaient d’une probable arrestation d’Ousmane Sonko. Le danger, avec cette affaire, est qu’il y a trop de failles dans le complot et qui compromettent le dossier et attisent le feu. Les différents témoignages, y compris celui de la propriétaire du salon de massage, laissent à croire qu’il y a un complot maladroitement orchestré. Cette impression, qui semble être partagée par la plupart des gens qui défendent Sonko, mobilise des hommes et femmes pour dire non à l’arrestation d’un adversaire politique qui dérange le pouvoir. C’est très risqué d’emprisonner un adversaire politique en qui une jeunesse, désarçonnée par le chômage chronique et déçue par un gouvernement qui n’a toujours pas réglé les vraies questions de développement, voit un grand espoir.

Ousmane Sonko est une figure emblématique de l’opposition sénégalaise qui, jouissant d’un maximum de qualités intellectuelles et d’un minimum de maladresse, a su s’imposer. Le lundi 08 février, des centaines de jeunes, étudiants en tête, se sont rassemblés devant le domicile d’Ousmane Sonko pour manifester au nom de la Justice et de la Liberté et réclamer, dans la foulée, le départ de Macky Sall qui, selon eux, « veut emprisonner l’espoir du peuple ». Les menaces des militants se poursuivent contre toute tentative d’arrestation de celui que certains prennent comme le « sauveur de la Nation ». Une sourde révolution ? Plutôt un « Mai 68 » à la sénégalaise, un moment de protestation qui est la conséquence directe d’un « complot politique ». Un mouvement, hélas, dont l’issue, encore imprévisible au moment où ce texte est écrit, ne sera pas du tout pacifique en cas d’arrestation d’Ousmane Sonko.

PS : Quand on dérange les taureaux noirs et les crocodiles, il faut être un homme en état d’alerte et de vigilance permanents.

El Hadji Omar MASSALY

Écrivain / Chroniqueur

Laisser un commentaire