Ads 1

ACCUSATIONS DE HAYMOUTH DAFF, MAIRE DE KANEL, CONTRE HAROUNA DIA: LES JEUNES DE LA COMMUNE DE KANEL EN BOUCLIERS CONTRE LE FRÈRE DU QUESTEUR

0 65

Quelle mouche a piqué le maire de Kanel à pouvoir traiter Harouna Dia, le bailleur de l’APR de Matam et environs, de traitre ? Avait-il, un seul instant, pensé à la levée de boucliers de ses protégés qui allait s’en suivre et éviter d’entendre des insanités à boucher les oreilles ? En tout cas, la première vague d’indignations commence à pleuvoir et elle est signée Aboubacar Sow et ses camarades de la Cojer de la commune de Kanel.

Pour Aboubacar Sow et ses camarades, « les propos tenus contre le frère de Daouda Dia ne sont que des propos de lobbyistes. C’est une façon pour nous distraire de la concentration pour remporter les législatives. Nous en demandons aux populatioons du département de ne pas suivre ces conjectures d’une autre époque ».

« Nous remercions le chef de l’Etat d’avoir porté le questeur tête de liste pour ces élections et nous en appelons les populations à faire preuve de reconnaissance à l’endroit du président Macky Sall », a martelé Aboubacar Sow.

Revenant sur les propos tenus de Haymouth Daff contre le questeur qu’il qualifiait de non détenteur de charisme, ni de poigne, encore moins de forte personnalité politique, le maire de Kanel soutenait même que le président leur a tordu le bras pour permettre au petit de Harouna de passer député pour diriger la liste départementale, en oubliant tous les bienfaits à son actif de la part de celui qu’il descend aujourd’hui.

« On se demande comment il peut être candidat devant ces sommités de l’APR dans le département. « Nous tenons à rappeler à Haymouth Daff, le maire de notre commune, qu’il n’est ni membre de l’APR, ni bienfaiteur du parti, contrairement à Harouna Dia que tout le monde connaît en tant qu’ami du président. Il traite Harouna Dia de traitre, et pourtant, tout le monde se souvient qu’il avait rejoint le parti qu’après avoir gagné les locales. En tout cas, il devra seul, endosser les propos qu’il a tenus », préviennent-ils.

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire