Ads 1

BREF APERÇU SUR LES KHALIFES DE BAMBA

0 474

Depuis 1927, date de la disparition du Fondateur du Mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, son héritage est jalousement préservé, mieux, enrichi, par ses fils et petit-fils avec l’apport de ses talibés. Oui, comme l’a dit l’autre : »Les grands hommes ne meurent pas, ils enfantent l’avenir ». La doctrine mouride, en dépit de quelques acrobaties de l’Histoire, est, aujourd’hui, plus que jamais solide comme le roc même si son géniteur a rejoint ad patres. Ses fidèles se reconnaissent en un seul homme: le Khalife Général des Mourides, son unique représentant sur terre. Il est le plus âgé de sa descendance directe ( lignée patriarcale). Depuis 95 piges (1927-2022) déjà, les trompettes de la gloire de Cheikh Al Khadim font le tour de l’Humanité pour sublimer la grandeur du Seigneur, le Seul Maître de l’Univers, Créateur des cieux et de la terre et de son plus Noble de ses Envoyés, Muhammad (S.A.W). Oui ! Depuis ce jour historique, 8 Khalifes se sont succédé au trône de Bamba ( dont 5 de ses propres fils biologiques et 3 de ses petits-fils). De Amdy Moustapha à Al Mountakha, la voie mouride a pu acquérir ses titres de noblesse.

1-Cheikh Mouhamadou Moustapha Mbacké ( 1927- 1945): Le Khalife des temps difficiles

Cheikh Mouhamadou Moustapha Mbacké Ibn Serigne Touba Khadimou Rassoul a vu le jour en 1886/1887 à Darou Salam. Sa mère est Sokhna Aminata Lô Diop de l’ illustre famille de Koki. Elle est aussi apprentée à la grande famille royale du Cayor et du Baol mais aussi du Djolof. En 1927, date de la disparition de Cheikh Ahmadou Bamba, il hérita de son Khalifat car il était l’aîné des fils vivants de Borom. Très avare en paroles, il fut un fin stratége. Il eut réussi la prouesse d’amener la dépouille mortelle de son père à Touba en suivant à la lettre ses recommandations. Il se lança dans les travaux de la Grande Mosquée malgré le contexte difficile (crise des années 1929, la deuxième guerre mondiale). Brave, le successeur du Fondateur du Mouridisme, l’était. Il dirigea de concert avec ses frères, les Cheikh et les talibés, les travaux de construction des rails( Diourbel-
Touba) pour faciliter l’érection de la Grande Mosquée. Il le réussit avec brio. Il assura l’éducation de tous ses jeunes frères, exploita d’immenses terres et fonda des villages dont Tindodi, Nahèm, Taïf, etc. En 1945, il rejoignit le Seigneur. Il fut succédé par son frère Serigne Falilou Mbacké.

2-Cheikh Mouhamadou Fadel Mbacké dit Serigne Fallou Mbacké (1945-1968): l’inaugurateur de la Grande Mosquée

Cheikh Mouhamadou Fadel Mbacké dit Serigne Fallou Mbacké a hérité du Khalifat de Bamba dans une époque très difficile. Le monde était en pleine deuxième guerre mondiale. Une sécheresse atroce sévissait. Toute porté à la tête de la Communauté mouride, il a promis monts et merveilles. Le conflit mondial cessa quelques jours après ( armistice), l’hivernage de cette année su pluvieux et les récoltes abondantes. Les travaux de la Grande Mosquée de Touba reprirent. Il redonne de l’espoir aux disciples éberlués par la perte d’un haut dignitaire, Cheikh Mouhammadou Moustapha Mbacké. Serigne Fallou Mbacké avait su accomplir une volonté très chère à son illustre père Serigne Touba : il effectua le pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam (Mecque) avec une forte délégation dont son oncle maternel Serigne Mbacké Bousso ,Mame Cheikh Anta Mbacké, Serigne Modou Diop Ndiaye, Serigne Ibrahima Dia, Massourang Sourang, etc. Il termina les travaux de la Grande mosquée de Touba et procéda à son inauguration en 1963 . C’est lui qui a fait le mur de clôture du cimetière situé à l’Est de la Grande Mosquée de Touba. Serigne Fallou Mbacké était crédit d’un pouvoir de voir s’accomplir ses prières.Ce qui lui a valu le surnom de  » Borom Na am mou am ». Le fils de Sokhna Awa Bousso, cousine de Serigne Touba, a vu le jour dans la nuit du Rajab correspondant avec la descente des 5 prières quotidiennes. Serigne Touba le considérait comme un cadeau divin. Il réalisa plusieurs miracles et fonda des villages comme Ndindy, Touba Bogo, Sam,Touba Alieu, etc. Il s’éteignit en 1968.

3-Serigne Abdoul Ahad Mbacké (1968-1989): Le bâtisseur

Dès sa naissance à Diourbel en 1914, son père Serigne Touba fondait beaucoup d’espoir sur le fils de Sokhna Mariama Diakhaté de l’illustre famille des « Ndiakhaté ». Dès son accession au Khalifat, Baye Lahat comme on l’appelait affectueusement, poursuit l’œuvre gigantesque de son frère Serigne Fallou Mbacké. Il modernisa la Ville Sainte et lança pour l’assainissement des mœurs. Il interdit les jeux de fortune. Il dota Touba d’infrastructures modernes ( corniches, autroutes, forages, centres de santé, hôpital, l’électrification, université, etc.). Il agrandit la Grandit Mosquée de Touba et construit la maison des hôtes  » Keur Mak Moom »( Résidence Cheikhoul Khadim) mais aussi le « Daaray Kamil » ( Bibliothèque Cheikhoul Khadim) ainsi que bien d’autres Mosquées et Résidences à l’intérieur de la Ville Sainte. Il fonda des « Daaras » et cultivait des terres à Touba Belel, Kadd Baloji, Kab Gaye pour ne citer que ceux-là. Il fut rappelé à Dieu en 1989 et succédé par Serigne Abdou Khadre Mbacké

4- Serigne Abdou Khadre Mbacké (1989-1990): l’Imam des Imams

Son Khalifat n’a duré que 11 mois mais, Cheikh Abdou Khadre Mbacké a marqué les esprits. Fils de Serigne Touba et de Sokhna Aminata Bousso (cousine du Cheikh), il dirigea pendant de nombreuses années la prière du Vendredi à la Grande Mosquée de Touba. Il était très attaché au respect des préceptes de la foi islamique. Dijly Borom Bakhdad était un ascète, un pur Soufi. Il créa des villages comme Bakhdad, Boustane pour s’adonner à l’agriculture, à l’élevage et à l’enseignement du Saint Coran. Il quitta ce bas-monde en 1990 après seulement 11 mois passé au Khalifat de Serigne Touba. Il fut succédé par Serigne Saliou Mbacké.

5- Serigne Saliou Mbacké (1990-2007): Le défricheur de Khelcom

Son nom est lié à jamais à Khelcom, ces immenses exploitations agricoles dont les travaux de défrichage sont lancés, un an seulement, après son accession au Khalifat des Mourides (1991). Il marchait sur le sillage de ses valeurs frères et prédécesseurs. Il ne badinait pas sur l’éducation islamique des enfants. Serigne Saliou était l’ami des enfants et en avait à sa charge des milliers qu’il nourrissait, blanchissait et inculquait les principes de la foi islamique. Il avait su révolutionner la capitale du Mouridisme par l’acquisition d’infrastructures plus modernes. Il se lança aussi dans beaucoup de travaux pour le rayonnement du Mouridisme. Il était jusqu’à son rappel à Dieu en Décembre 2007 ,le 5ème Khalife Général des Mourides et dernier fils vivant de Serigne Touba sur terre. Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké Falilou hérita alors du Khalifat et devint le premier petit-fils à accéder à ce titre.

6- Cheikh Mouhammadou Lamine Bara Mbacké Falilou ( 2007-2010): L’autre bâtisseur

Cheikh Mouhamadou Lamine Bara Mbacké Falilou fut le 6ème Khalife Général des Mourides et le premier des petit-fils du Fondateur du Mouridisme à accéder à cette charge. Il assurait le Khalifat de Ndindy ( famille Serigne Fallou Mbacké, 2ème Khalife des Mourides) depuis 2000, lors du rappel à Dieu de Serigne Modou Moustapha Mbacké Falilou dit Serigne Modou Bousso Dieng. En 2007, il cumulait les deux Khalifats. Il a dirigea la confrérie mouride en seulement moins de 3 ans ( 36) mais, il a su entreprendre des actions fort grandioses qui méritent gloire: agrandissement de la Grande Mosquée, rocade autour de cet édifice de culte,etc. Il se rendait plus de 30 fois à la Mecque. El Hadji Bara Mbacké Falilou fut rappelé à Dieu en 2010 et fut remplacé par Serigne Cheikh Sidy Moctar Mbacké dit Serigne Cheikh Maty Lèye.

7-Serigne Cheikh Sidy Moctar Mbacké ( 2010-2018): l’artisan du dialogue inter-confrérique et religieux

Serigne Cheikh Sidy Moctar Mbacké (dit encore Serigne Cheikh Maty Lèye Mbacké) est le 7ème Khalife Général des Mourides et le deuxième petit-fils de Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul à avoir accédé à ce titre. Il est le fils de Cheikh Mouhammadou Lamine Bara Mbacké Ibn Serigne Touba Khadimou Rassoul (homonyme de Serigne Bara Mbacké Falilou, 6ème et premier petit-fils Khalife Général des Mourides). Il a succédé au Khalifat de « Gouy-Mbindd » (Famille de Serigne Bara Mbacké Khadimou Rassoul) son frère Serigne Abdou Aziz Bara Mbacké en 1990. En 2010, il assure les deux charges (Khalife des Mourides et Khalife de son père Serigne Bara). Il a marqué de manière positive le Mouridisme. Parmi ses travaux, la grande mosquée  » Massalikoul Jinaan de Colobane (Dakar), le nouvel hôpital moderne  » Cheikhal Khadim » de Touba, les Résidences  » Keur Serigne Touba ». Il était un artisan du rapprochement des confréries et des religieux. Il était un homme de paix. Pur homme de Dieu, il faisait convoyait des dizaines de personnes accomplir le cinquième pilier de l’Islam (pèlerinage à la Mecque). Il s’est éteint le 18 Janvier 2018 à Touba. Cheikh Mountakha Mbacké Bassirou hérita alors du flambeau.

Cheikh Mouhamadou Mountakha Mbacké Bassirou (depuis 2018): Khalife mécène

Cheikh Mouhamadou Mountakha Mbacké est un pur homme de Dieu. Ce fils de Cheikh Mouhammadou Bachir Mbacké Ibn Serigne Touba Khadimou Rassoul (Serigne Bassirou) est le troisième petit-fils à devenir Khalife des Mourides. Il assure en même temps le Khalife de Darou Minam (famille de Serigne Bassirou Mbacké) depuis Septembre 2007, date du rappel à Dieu de son frère de même père et de la même mère,Serigne Modou Moustapha Mbacké Bassirou. Le successeur de Serigne Sidy Moctar Mbacké est le bien aimé. Il s’employer à propulser le Mouridisme vers la modernité. C’est sous son magistère que la Grande Mosquée « Massalikoul Jinaan » de Dakar (Colobane) et l’hôpital moderne de Touba sont officiellement inaugurés. Dans sa soif de connaissance, Serigne Mountakha Mbacké Bassirou a aussi lancé les travaux de l’Université Cheikh Ahmadou Bamba de la Cité réligieuse. Il investit des centaines des milliards pour d’autres travaux. Grand mécène, il débloque des sommes astronomiques pour contribuer à l’effort de guerre contre, par exemple, la pandémie du Coronavirus ou Covid-19. Il assiste les victimes des inondations à Touba et à travers le Sénégal. Il appuie les familles des enfants morts lors des malheureux événements du 08 Mars 2021. Le gardien du temple de Bamba est toujours sur le terrain du social. A Porokhane, il a complété change le visage de la Cité de sa grand-mère Sokhna Mame Diarratoulahi Bousso. Que Dieu lui accorde une longue vie et une santé de fer. Amen.

Ibrahima NGOM Damel

Laisser un commentaire