Le Grand Théâtre va abriter, le 6 mai prochain, le forum national du mouvement ‘’Yaay Diambar’’ dont la présidente, Ndèye Maguette Sène, a prévu de distinguer 50 ‘’diambars’’ qui, durant leur carrière professionnelle, ont mis en bandoulière les valeurs qui fondent la société sénégalaise. 

L’opératrice économique chante, ainsi, les vertus du travail que les lauréats ont pu préserver durant leur activité professionnelle et voilà qu’elle les montre en exemple pour la jeunesse qui constitue le futur du continent.

« On ne peut aspirer à une quelconque émergence si l’on ne s’accommode pas de nos valeurs ». Cette assertion, Ndèye Maguette Sène, présidente de ‘’Yaye Diambar’’ y croit fermement. Ce serait une chimère si l’on n’inculque pas à la jeune génération les vertus du travail, socle de tout développement dans un monde de plus en plus concurrentiel et où rien ne se donne. 

Pour la présidente de l’ancienne association citoyenne pour le développement économique et social du Sénégal (Acdess), « le mouvement ‘’Yaay Diambar’’ organise cette journée de décoration de nos valeureux hommes et femmes de référence au Sénégal pour montrer à la jeunesse qu’il est temps de se ressaisir pour remettre les pendules à l’heure. 

Ce changement passera forcément par l’éducation et la formation professionnelle, mais aussi avec l’implication de nos anciens pour la restitution de nos valeurs ». En effet, ajoute Ndèye Maguette Sène, « après le pain, l’éducation est le premier besoin d’un peuple parce qu’elle participe pleinement au développement de dispositions morales, intellectuelles et physiques pour disposer d’un système social apte à faire face à l’évolution fulgurante du monde tourné vers le capital ». 

« D’ailleurs, il convient de ne plus se laisser emporter par la facilité qui consiste à voir les autres pays nous forcer leurs produits sans que nous essayions de produire ce dont nous avons besoin », suggère la présidente du mouvement ‘’Cités nouvelles’’. 

Mais cela passe par doter les jeunes d’une éducation qui se positionne en complément de l’enseignement familial et formel qui reconnaît à chacun la volonté et la capacité de progresser et de se développer, si effectivement on ne veut plus que l’ennemi public numéro un au Sénégal soit la crise des valeurs avec son lot d’incivisme, d’indiscipline, de manque de probité morale et d’éthique, entrainant la médiocrité, la dépravation des traditions, bref ces tares qui vont encore affecter nos faibles économies déjà sous perfusion.

Youssouf NDIONGUE

 

PROMOTION DES VALEURS SOCIALES :

50 ‘’DIAMBARS’’ DISTINGUÉS VONT SERVIR DE MODÉLES À LA JEUNESSE

Le Grand Théâtre va abriter, le 6 mai prochain, le forum national du mouvement ‘’Yaay Diambar’’ dont la présidente, Ndèye Maguette Sène, a prévu de distinguer 50 ‘’diambars’’ qui, durant leur carrière professionnelle, ont mis en bandoulière les valeurs qui fondent la société sénégalaise.

L’opératrice économique chante, ainsi, les vertus du travail que les lauréats ont pu préserver durant leur activité professionnelle et voilà qu’elle les montre en exemple pour la jeunesse qui constitue le futur du continent.

« On ne peut aspirer à une quelconque émergence si l’on ne s’accommode pas de nos valeurs ». Cette assertion, Ndèye Maguette Sène, présidente de ‘’Yaye Diambar’’ y croit fermement. Ce serait une chimère si l’on n’inculque pas à la jeune génération les vertus du travail, socle de tout développement dans un monde de plus en plus concurrentiel et où rien ne se donne.

Pour la présidente de l’ancienne association citoyenne pour le développement économique et social du Sénégal (Acdess), « le mouvement ‘’Yaay Diambar’’ organise cette journée de décoration de nos valeureux hommes et femmes de référence au Sénégal pour montrer à la jeunesse qu’il est temps de se ressaisir pour remettre les pendules à l’heure.

Ce changement passera forcément par l’éducation et la formation professionnelle, mais aussi avec l’implication de nos anciens pour la restitution de nos valeurs ». En effet, ajoute Ndèye Maguette Sène, « après le pain, l’éducation est le premier besoin d’un peuple parce qu’elle participe pleinement au développement de dispositions morales, intellectuelles et physiques pour disposer d’un système social apte à faire face à l’évolution fulgurante du monde tourné vers le capital ».

« D’ailleurs, il convient de ne plus se laisser emporter par la facilité qui consiste à voir les autres pays nous forcer leurs produits sans que nous essayions de produire ce dont nous avons besoin », suggère la présidente du mouvement ‘’Cités nouvelles’’.

Mais cela passe par doter les jeunes d’une éducation qui se positionne en complément de l’enseignement familial et formel qui reconnaît à chacun la volonté et la capacité de progresser et de se développer, si effectivement on ne veut plus que l’ennemi public numéro un au Sénégal soit la crise des valeurs avec son lot d’incivisme, d’indiscipline, de manque de probité morale et d’éthique, entrainant la médiocrité, la dépravation des traditions, bref ces tares qui vont encore affecter nos faibles économies déjà sous perfusion.

Youssouf NDIONGUE

Ajouter un Commentaire

Scroll to top