Banniere logo
Unacois

ELHADJI SANKOUNG DJITE

Hommage à El hadji Sankoung Djité

Ibou Dramé Sylla qu’est-ce qu’il faut donc écrire pour poétiser l’horreur ?
Certainement se rappeler de ces moments forts que nous avons passés avec notre ami et frère El hadji Sankoung Djité. J’ai encore en souvenance les grands efforts consentis par Elou dans le bureau de l’Association Culturelle des Etudiants de Sédhiou dans le but exclusif de servir l’étudiant Sédhiois.

Amicalement chaleureux et sympathiquement bienveillant, El hadji Sankoung Djité était de ces hommes précieux dont les paroles construisent le tissu social. Sourire toujours suspendu aux lèvres, il était l’ami de tous dans le bureau de l’ACES et, de temps à autres, nous déridait avec ses boutades pour nous débarrasser du stress souvent causé par les aléas de la vie. 

Son engagement syndical et politique a été moulé d’une dose de dialectique qui faisait de lui un gentleman qui accepte l’autre dans sa position sans animosité aucune. Cette philosophie de compréhension de l’autre dans ce qu’il croit et dans ce qu’il est avait fini de faire de lui un homme d’une générosité exceptionnelle. Inspiré qu’il était en cela par cette phrase de Pascal que son ami et cousin Xadkor lui a soufflé et qu’il a si bien retenu : Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà.

Le destin lui a assigné une place et il s’y est déployé. Aucune coupure n’est repérable entre son existence et ses devoirs envers ses frères étudiants. D’où l’exactitude d’une vie ajustée à ses propres fins. L’exactitude, selon l’étymologie, c’est aller à l’extrême pointe de ce qu’on est, et y trouver le centre de gravité de son existence. S’éclaire ainsi son amabilité envers les gens, son affection envers ses amis et son amour envers sa localité. Elou avait trouvé une place pour chacun de nous dans son cœur ; il avait une manière unique de réunir tous ses frères autour de l’essentiel. Il était un catalyseur hors pair qui, avec tact, harmonisait les relations entre ses frères étudiants.

Le jour de notre départ, nous nous sommes croisés à Kabeumb et, comme d’habitude, nous nous sommes taquinés ; je lui disais ceci : toi et moi avions besoin maintenant d’un repos puisque nous ne dormions presque pas pendant la campagne, nous passions tout notre temps sur facebook. Il mourait de rire…

Ma foi, je ne savais guère que son repos sera éternel. Nos échanges retentissent dans ma tête, m’embarrassent et m’agacent parfois. Il y a quelques jours à l’hôpital je rappelai à mon grand Younouss Sall mes derniers moments d’échanges avec Elou et, de là, j’ai convoqué un passage de Jacques le Fataliste de Diderot : le calcul qui se fait dans nos têtes et le calcul qui est arrêté sur le registre d’en haut sont deux calculs différents.
En homme de lettres, j’avais échangé avec le professeur Sall sur le principe de causalité qui peuple l’univers romanesque de cet ouvrage.
Justement, le personnage qui donne son nom à l’ouvrage précité nous l’avait enseigné : « on ne sait de quoi se réjouir, de quoi s’affliger dans la vie. Le bien amène le mal, le mal amène le bien. Nous marchons dans la nuit au-dessous de ce qui est écrit là-haut, également insensés dans nos souhaits, dans notre joie et dans notre affliction. »

C’était incroyable mais pourtant vrai ; El hadji Sankoung Djité s’en est allé. Je fus abasourdi et abattu par la nouvelle. Dieu a frappé très fort cette fois-ci ; je ne pouvais imaginer une perte aussi lourde. En ce moment, un passage du texte du philosophe Ousseynou Kane en hommage au professeur Oumar Diagne traversait mon esprit : si c'est cela la vie, pourquoi donc avoir vécu, pourquoi même être né ? Sommes-nous vraiment si peu de chose, pour finir invariablement de si triste manière, sur une planche seul couché, alors que tous les autres restent debout ?

Qu’a-t-il fait à Allah pour mériter une mort aussi subite, aussi brutale et triste, bougonnais-je ? J’étais frappé par un mouvement spasmodique ; je peinais à cerner cette réalité absconse de la mort d’une personne aussi chère. Je râlais comme un tigre atteint par une flèche sur les côtes. Non. Non. Je ne pouvais comprendre qu’un tel destin soit réservé à notre cher ami et frère. De là, traversé comme d’un trait de feu par une question qui finit par m’embarrasser dans la totalité de mon être et surtout par l’angoisse d’une question existentielle, celle-là même qui tourmentait Saint Augustin, je devins une énigme pour-moi-même. Quis sum ? quae natura ? C’est également la question inaugurale de Breton dans Nadja, de Nietzsche dans Ecce homo…

C’est vrai, la mort n’avise guère, elle fait irruption. Mais l’être humain aussi avisé de la réalité de la mort, n’est qu’un être composé de chair et d’os ; donc très sensible envers la douleur de son prochain. La douleur fut à son paroxysme quand, dans cette matinée, notre ami Sankoung a été cruellement séparé de nous.

Tout se passait comme dans un rêve. Car, la nuit je discutais affectueusement avec Elou à Koungueul. Je ne pouvais alors comprendre qu’on veuille me convaincre, quelques petites heures seulement après, qu’il s’en est allé. C’était impensable pour moi. Montaigne le disait : Il est incertain où la mort nous attende : attendons-la partout.

Je rends un grand hommage à tous nos frères étudiants disparus. Mes pensées pieuses à mon frère Thierno Aly Baldé, un jeune très engagé que j’ai connu cette année et sur qui je comptais énormément ; à notre frère Pierre Bertrand Sambou et Mamadou Tafsir Diallo. Vous êtes partis en martyr, puisse Dieu vous accueillir dans son paradis céleste. Amen. Mes frères étudiants, ayons la foi. Il n’y a que la foi qui sauve. Comme le notait l’autre, il faut avoir une retenue surhumaine pour ne pas blasphémer.

ELHADJI OMAR MASSALYEl hadji Omar MASSALY, UCAD Lettres Modernes. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DakarMedias WEB TV

LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN: LA LONASE AUX CÔTÉS DE LA LISCA

DakarMedias Web Tv 2017-10-29 17:06:36

LEYCHA CHANTE PROSPHARM 2K17

DakarMedias Web Tv 2017-10-20 02:41:12

OCTOBRE ROSE: LISCA & BPW SENEGAL EN CAMPAGNE DE SENSIBILISATION SUR LES CANCERS GYNÉCOLOGIQUES DANS LA BANLIEUE DAKAROISE

DakarMedias Web Tv 2017-10-18 01:51:52

SALIHOU KEITA PRESIDENT DU MOUVEMENT C2C, EN COLLABORATION AVEC VISION OPPORTUNITY OFFRE 1000 BOURSES DE FORMATION AUX JEUNES DE DAKAR

DakarMedias Web Tv 2017-10-17 16:26:01

JOURNÉE AFRICAINE DE LUTTE CONTRE LES AMALGAMES DENTAIRES: SUIVEZ LA DÉCLARATION DE MAÏMOUNA DIENE WANE DE L'ONG PAN AFRICA

DakarMedias Web Tv 2017-10-16 23:42:56

LE MINISTRE OUMAR GUEYE « DEMANDE AUX PÊCHEURS GUET NDARIENS DE S’ABSTENIR D’ALLER PÊCHER DANS LES EAUX TERRITORIALES MAURITANIENNES »

DakarMedias Web Tv 2017-10-16 19:58:15

LA CONVENTION CITOYENNE DE LA REGION DE SEDHIOU EN AG LES 21 & 22 OCTOBRE PROCHAIN

DakarMedias Web Tv 2017-10-16 10:24:22

RENTRÉE SCOLAIRE: LE MAIRE CHEIKH GUEYE REMET DES FOURNITURES SCOLAIRES AUX ECOLES DE DIEUPPEUL- DERKLE

DakarMedias Web Tv 2017-10-08 22:50:26

JOURNÉE DE RÉFLEXION SUR LE CANCER DU SEIN ET DU COL DE L’UTÉRUS INTERVIEW LUC ASSOGBA, SG ASSOCIATION HOUSE OF PEACE & SHARING

DakarMedias Web Tv 2017-10-07 13:21:28

FESTIVAL MADE IN : THIAT DU GROUPE KEUR GUI PROMET DE METTRE DU FEU A LA PLACE DU SOUVENIR CE SAMEDI 07 OCTOBRE

DakarMedias Web Tv 2017-10-07 01:36:01

COMMENT TRAITER ET GUÉRIR DE LA FAIBLESSE SEXUELLE: SUIVEZ LES EXPLICATIONS DU SPECIALISTE NABY TOURE

DakarMedias Web Tv 2017-10-05 23:36:19

Template Settings
Select color sample for all parameters
Red Green Olive Sienna Teal Dark_blue
Background Color
Text Color
Select menu
Google Font
Body Font-size
Body Font-family
Direction
Scroll to top
0
Partager