Les fuites constatées de certaines épreuves du baccalauréat sont, et resteront certainement encore pendant plusieurs semaines, l’un des sujets les plus commentés par les Sénégalais, de l’intérieur comme de l’extérieur du pays, ainsi que de la part des nombreux hôtes étrangers vivant parmi nous.

Chacun y va de ses accusations, de ses critiques et parfois de ses solutions.

Nous vous proposons ici la très pertinente analyse faite à ce sujet par un brillant psychologue Sénégalais, Khalifa Babacar DIAGNE.

Dans l’après-midi d’hier, au campus social, sur l’esplanade du pavillon B, lieu de rencontre et de débats intellectuels de jeunes cadres de notre établissement, j’ai trouvé quelques collègues entrain de débattre sur les fuites au BAC.

Dès que j’ai fait mon apparition, un d’entre eux m’a dit que Khadim Amar, un collègue et ami que j’ai connu dans le mouvement étudiant, me demandait pour un éclairage d’un psychologue sur l’affaire.

Avant lui, il ne sait pas que j’ai été tenaillé par un groupe d’étudiants regroupé dès le matin devant le kiosque de journaux sis au pavillon B pour m’inviter à un tel exercice. Exercice auquel je me suis prêté avec amertume. Tellement que c’est difficile de devoir faire un diagnostic exécrable du comportement de ses concitoyens, pas tous mais dans la discipline psychologique comme beaucoup d’autres en sciences sociales, le général l’emporte sur le particulier.

D’abord, il faut dire que les fuites au Sénégal dans tous les examens ne datent pas d’aujourd’hui. Nous avons tous vécu des histoires de fuites ou des rumeurs de fuites à l’approche de nos examens respectifs. Les fuites ne sont rien d’autre que la conséquence du comportement de l’homo-senegalensis, comportement caractérisé par la tricherie, l’hypocrisie, la duperie, la tromperie, la perfidie et le mensonge.

Ne dit-on pas ici que chance mo guen licence ? Ne dit-on pas ici que xaliss ken dou ko liggey dagnou koy lidienti ? Ne dit-on pas ici, au Sénégalais investi de responsabilités et de gestion de biens publics qu’il peut s’en donner à cœur joie car ndeyam moko liggey ? Ne savons-nous pas ici que réussir en politique vaut mieux que réussir dans les études ? Ne savons-nous pas ici que la parole de l’opposant est son contraire quand il accède au pouvoir ? Ne savons-nous pas ici, depuis Mamadou DIA et Cheikh Anta DIOP, entre autres, que les hommes intègres, quelles que soient leurs compétences, n’ont aucune chance de s’en sortir, pire ils sont traités de fous ?

Cela fait longtemps que le regretté SEMBENE Ousmane nous a enseigné que « la vertu est un vice dans ce pays » ; Ne savons-nous ici que dans la circulation, personne ne respecte le code de la route et que ceux qui sont chargés de rappeler à l’ordre les contrevenants acceptent sans gêne d’effacer leur infraction moyennant de maudites sommes d’argent ? Ne savons-nous pas ici que pour régler un dossier dans une administration, il faut « graisser » ? Ne savons-nous pas que beaucoup parmi nos guides religieux, ceux qui devraient être les remparts de la vertu et des valeurs, ne se posent pas de questions quand ils reçoivent d’importantes sommes d’argent de leurs talibés ? Au contraire, ils s’en glorifient et mettent toute leur influence en œuvre si d’aventure un talibé bienfaiteur a maille à partir avec la justice pour le tirer d’affaire. Tous mes lecteurs sénégalais dans leur for intérieur, sans démagogie aucune, pourraient ajouter beaucoup d’autres tares de notre société et des hommes qui la composent à mes propos.

C’est la magie des réseaux sociaux et la pluralité médiatique qui ont amplifié les fuites mais elles ont toujours existé dans toutes les compétions auxquelles nos concitoyens sont engagés. Même dans le domaine du sport où nos petites catégories de basket se sont vues retirer des trophées continentaux, les lutteurs changent considérablement de physique pour gagner de l’argent.

Oui l’argent, c’est lui en réalité la fin qui justifie les moyens, le prophète le plus adulé ici à Ndoumbélane pour paraphraser la talentueuse journaliste Diatou CISSE.

Mon inquiétude majeure, c’est que je n’entrevois aucune lueur d’espoir du fait d’une mauvaise orientation du débat et des préoccupations. On parle souvent d’infrastructures, de réalisations. Pour moi, ces choses sont désormais à la portée de n’importe quel(s) dirigeant(s) Sénégalais. Les moyens financiers et humains pour les faire sont disponibles. Mais ces choses ne suffisent pas pour émerger. Car, mon intime conviction est que l’émergence des comportements positifs précède l’émergence matérielle.
Malheureusement, je ne vois pas de semences de comportements positifs pour en espérer une bonne récolte. Comme on dit en Wolof : Djiko mou raffet wala mou gnaw dagnou koy DJI. DJI-KO.

Khalifa Babacar DIAGNE,
Psychologue Conseiller.

 

Scroll to top