Lauréat du Grand Prix Léopold Sédar Senghor à la Biennale de Dakar de 2002 et 2008, le sculpteur sénégalais, Ndary Lô, est décédé, jeudi dernier, dès suite d’une maladie.

Le monde des arts visuels est de nouveau en deuil. A la suite du décès du peintre Ibou Diouf, mercredi 7 juin, le sculpteur Ndary Lo s’est éteint jeudi. Artiste de la troisième génération, Lô s’est forgé une légitimité artistique en domptant le fer à béton pour en faire des œuvres filiformes de grandes envergures. C’est ce qui a valu à l’artiste d’être le seul lauréat à remporter deux fois le Grand Prix Léopold Sédar Senghor à la Biennale de Dakar des éditions 2002 et 2008. Les mutations sociales et les problématiques urbaines ont été souvent au cœur de sa démarche artistique.

Après des études universitaires d’anglais, le natif de Tivaoune a fait l’École des Arts de Dakar. Il a participé à de nombreuses expositions à travers le monde, notamment à Madagascar où il a été sélectionné en 1997 pour les Jeux de la Francophonie. Ndary Lô a été également distingué en 1995 par le Prix du Salon national des artistes plasticiens sénégalais et en 1996 par le Prix de la jeune création contemporaine africaine à la Biennale de Dakar.

Les créations de Nd. Lô sont actuellement présentes à l’Institut du monde arabe (Ima) à Paris dans l’exposition « Trésors de l’Islam en Afrique » mais également à Avignon. Pour la première fois dans l’histoire de la Fondation Blachère et de la ville, 76 sculptures de 30 artistes d’Afrique et de la diaspora sont exposées dans les lieux muséaux dont le Palais des Papes, patrimoine classé de l’Unesco, plus grand palais gothique du monde.
Sur place, les silhouettes longilignes en fer à béton du sculpteur sénégalais Ndary Lô forment une installation, « Prière universelle » (7 m de haut et pèse 1,6 tonnes), en hommage à cet artiste, l’un des tout premiers de la collection Blachère.

Ajouter un Commentaire

Scroll to top