Banniere logo
Cure et Tisanes

Abdoulaye Diop Maire de Sédhiou et Ministre de lEmploi 1Ce dimanche 26 août, l’émission Gabou week-end a reçu un invité de taille : le ministre/ maire Abdoulaye Diop.

Certains internautes étaient surpris, ils pensaient certainement que le maire allait simuler un manque de temps pour ne pas participer à l’émission.

Tout au contraire. Car, au vu des questions sérieuses qui ont peuplé ces derniers mois la corbeille du débat politique Sédhiois, il était évident qu’une forte personnalité pouvant être à la hauteur des questions qui se présentent.

C’est évidemment Abdoulaye Diop himself qui pouvait éclairer la lanterne de la population. Car, en effet, le camp du ministre a un manque notoire de communicants pouvant mettre en avant-poste, à travers une communication efficace et efficiente, sa démarche politique. Sous nos cieux, l’élection présidentielle profile à l’horizon. Donc, il fallait faire face à la population.

Nous saluons vivement cette sortie du maire. Elle vient à son heure. La population et la jeunesse notamment avaient fortement besoin de réponses concrètes à certaines équations qui taraudaient les esprits.

La mâchoire serrée, la mime fermée, le maire Abdoulaye Diop était décidément prêt à un débat sérieux.

Nous saluons l’initiative de Gabou FM et félicitons très sincèrement le maire Abdoulaye DIOP pour cet effort d’explication. C’est une attitude responsable et inhérente à la vie publique qui doit inspirer tout responsable publique.

Les questions débattues étaient sérieuses et valaient que tout citoyen engagé et soucieux du progrès de sa localité suive l’intervention du maire de la ville.En ce qui nous concerne, nous avons suivi avec beaucoup d’intérêt et d’attention cette intervention.Ce qui nous donne la possibilité d’en analyser le contenu.

Dans ce qui suit, nous partageons avec vous, en toute bonne foi, une analyse de quelques points saillants de la communication du maire : les travaux du stade municipal et l’état du cimetière de Jules Counda.


Il est évident que toute la jeunesse Sédhioise attendait d’avoir des clarifications sur le pourquoi de l’arrêt des travaux du stade. Certains militants du ministre ont tenté, à cor et à cri, d’apporter des éclairages sur cette affaire en vain. D’ailleurs, leurs arguments sont en total porte-à-faux avec les propos tenus par le maître sur cette question. La clarification de l’édile était alors urgente mais opportuniste dans le contexte de la mise en place d’un collectif pour le boycott des navétanes. Ce boycott serait un coup dur pour la municipalité tellement ce mouvement cristallise la jeunesse en période de vacances.

Mais, à y voir de près, monsieur le maire peine à donner un argument solide et concret. Sa responsabilité semble avoir été dégagée. C’est l’entrepreneur et le ministre qui retarderaient le travail. Car, le stade, selon ces propos, n’était pas prévu sur le budget du ministère du sport à l’époque. Le ministre du sport, poursuit-il, avait promis de racler dans ses fonds de tiroir pour construire un stade à Sédhiou. Si nous avons bien compris, cela veut dire que depuis lors, trois années sont passées et rien n’est prévu dans le budget du ministère pour résoudre cette lancinante question. Ce qui prouve la marginalisation dont notre région est victime.

Tout de même, il y a quelque chose d’intriguant dans cette affirmation du maire. En effet, à l’occasion du conseil des ministres décentralisés de février 2015, tenu à Sédhiou, le chef de l’Etat avait annoncé l’imminence de la construction du stade municipal à concurrence de 200 millions en attendant les études pour le stade régional (cf. document dudit conseil des ministres). Les travaux devaient commencer en avril 2015. Nous sommes alors surpris et confus qu’on nous annonce que le stade est construit avec des fonds de caisse du ministère des sports.

Autre chose que nous ne comprenons pas, c’est l’accusation portée sur l’entrepreneur. Le maire affirme que c’est à sa demande que le projet a été octroyé à une entreprise locale, en l’occurrence « Technager ». N’aurait-il pas fallu que le maire s’assure de la capacité de l’entreprise à conduire le projet à son terme dans les délais prévus à cet effet ?

L’entrepreneur Aliou Sow a soumissionné et a gagné ce marché. Et très tôt, il avait attiré l’attention du comité de suivi sur le gap de 93 millions en leur faisant comprendre qu’en tant que PME, il ne pouvait pas tenir plus de 4 mois sans recevoir de fonds. Du peu que nous savons du fonctionnement des PME, c’est que les finances et le rythme des travaux sont liés ; ce qui ne semble pas être le cas dans ce dossier.

Mieux encore, comment est-il possible que l’appel d’offres soit lancé sans réactualiser le dossier et les prix en amont, sachant que le premier appel date de 2010. C’est la preuve d’un amateurisme et d’un empressement que rien ne justifie. Aujourd’hui, il ne sert à rien de chialer du fait que les travaux soient à l’arrêt.

A bien analyser l’argumentaire du maire sur la question du stade, nous décryptons qu’il est dos au mur. C’est-à-dire, ces propos révèlent qu’il a tout tenté mais rien ne bouge. A ce propos, il prononce une phrase qui est symptomatique d’une certaine lassitude à régler ce problème « ce stade-là il faut que ça finisse. Et j’espère qu’on n’aura pas les mêmes problèmes avec le stade régional ». C’est là que le leadership fort en politique est important : peser de son poids et « taper sur la table » pour avoir ce que de droit. C’est super-sympa d’aimer sa ville, de se dire patriote ou même chauvin ou encore d’interpeller en conseil des ministres son collègue ou le président. Mais si tout cela est sans effet sur le vécu des populations et ne produit pas de résultats sur la célérité de l’action municipale, c’est alors sans intérêt pour nos concitoyens.

Avec une allure de pontife et un français familier, le ministre utilise un registre de communication qui le dégringole de son statut premier, de la respectabilité dont on l’a hissé : « j’ai dit au gars de prendre ces cliques et ces claques », « ce gars », « ce type »… Loin d’être soutenus, ces vocables brouillent et rendent insipide la communication du ministre. Monsieur le maire, on ne vous reconnaît plus !

Pire, ce qui est étonnant et écœurant dans les propos du maire, c’est cette affirmation: « je ne peux pas aussi me populariser être l’homme de la rue qui consiste à dire mon niveau et mon sens de responsabilité dépassent le fait que je me mette sous un arbre et de commenter, d’interpréter. Il faut aller à l’information ». Il poursuit : « ce que je fais tous les jours je ne peux pas le dire dans la rue ».

Mais justement, c’est la rue qui vous a porté à la tête de la mairie. A cet effet, elle détient une légitimité absolue de vous interpeller sur toutes les questions liées à la vie de la cité. Nous pensons à juste titre que c’est nécessaire d’éclairer la frange de la population qui n’a pas accès à l’information. Encore que ceux qui vous interpellent sur la gestion de la cité vous opposent des faits qui sont concrets. Donc, ce n’est pas des paroles de la rue mais plutôt des paroles portées par des femmes et des hommes soucieux de l’amélioration du cadre de vie de la population et de l’épanouissement de la jeunesse. Aux hommes politiques de tous bords, arrêter de mépriser ceux qui vous ont porté au pouvoir.

Dans la foulée, la problématique de la canalisation et de l’état piteux du cimetière de Jules Counda a été posée. Sur ce, le maire a fait une exégèse… Il part de 2014, passe par des ingénieurs qui étaient envoyés sur le terrain pour évaluer le coût qui s’élevait à 1 milliard de francs. Et après le financement, notait le ministre, il faut trouver un appel d’offres : « finalement le marché a été octroyé. La structure qui a gagné le marché c’est cette même structure qui a gagné le stade régional. Et il y a deux mois cette entreprise est venue nous voir à la municipalité pour dire prêtez-moi un espace où je mets mes bagages ». Alors monsieur le maire depuis 2014 vous en êtes à ce niveau : un espace pour mettre les bagages de la structure qui a gagné le marché. C’est incroyable.

L’état du cimetière de Jules Counda est répugnant. Cette situation doit être prise au sérieux. Il faut une mesure urgente pour trouver une solution. Nous attendons mieux que de nous dire les matériaux sont installés pour commencer le chantier.

Monsieur le maire, la population vous a choisi pour régler ses problèmes. Ce que nous attendons de vous, ce n’est pas de nous dire : « j’ai parlé avec mon collègue ministre. J’ai posé le problème en conseil des ministres. L’entrepreneur retarde le travail. Les matériaux sont installés. Chacun doit faire quelque chose pour Sédhiou… ».

A notre humble avis, nous pensons que les Sédhiois sont en train de se mobiliser pour apporter leur pierre à l’édifice. Les initiatives portées par les ressortissants de Sédhiou sont pléthoriques. Mais le conseil municipal doit avoir une stratégie pour fédérer toutes ces énergies. Il ne faut surtout pas les inhiber et les étouffer. Dans ce sillage, il faut remercier et féliciter le comité d’initiative pour le corbillard qui a fait une levée de fonds sans précédent pour régler un problème ponctuel urgent. A ce propos, la RUE s’est d’ailleurs posée la question de votre absence à la cérémonie de remise de ce corbillard au conseil municipal alors que tout semblait être organisé pour que vous soyez présent ?

El hadji Omar MASSALY & Mamadou Yaya DIALLO

Massaly Diallo

Cure et Tisanes

DakarMedias WEB TV

REMISE DE FINANCEMENTS ET D'ATTESTATIONS DE FORMATION AUX FEMMES DE LA GSE DE DIEUPPEUL DERKLE

DakarMedias Web Tv 2018-10-14 21:19:33

APRÈS LES 46.000 PARRAINS, LE MINISTRE MOUSTAPHA DIOP MOBILISE 25.000 MILITANTS AU STADE ALASSANE DJIGO DE PIKINE POUR LE LANCEMENT DE LA CAM*

DakarMedias Web Tv 2018-10-14 21:19:08

PRÉSIDENTIELLE 2019 : LES JEUNES DE DIEUPPEUL-DERKLÉ SONNENT LA GRANDE MOBILISATION DERRIÈRE LE DG DU PORT ABABACAR SEDIKHE BÉYE

DakarMedias Web Tv 2018-10-09 21:35:32

PRÉSIDENTIELLE 2019 : LES JEUNES DE LA COJER INVITÉS À « ENVAHIR LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR DÉFENDRE LE BILAN DE MACKY »

DakarMedias Web Tv 2018-10-07 03:34:32

PARRAINAGE À LOUGA: MOUSTAPHA DIOP REMET 45.678 SIGNATURES À MACKY ET ENVOIE UN SIGNAL FORT À SES ADVERSAIRES ( VIDÉO)

DakarMedias Web Tv 2018-10-07 03:33:14

SEYDOU GUÉYE TACLE SÉVÈREMENT BAMBA FALL : « DANS TOUTES LES COMMUNES, LES MUNICIPALITÉS DONNENT DES MOYENS AUX ÉLÈVES POUR LA RENTRÉE. MAIS JUSQU’À PRÉSENT, NOUS N’AVONS PAS VU CELA DANS NOTRE ...

DakarMedias Web Tv 2018-10-07 03:23:35

URGENT-ÉCOLE ALASSANE NDIAYE ALOU DE LA MÉDINA : ÉLÈVES ET ENSEIGNANTS EN DANGER. LE MAIRE BAMBA FALL INTERPELLÉ (VIDÉO)

DakarMedias Web Tv 2018-10-04 17:36:09

BARTHÉLÉMY DIAS : « CEUX QUI CHERCHENT À ME LIQUIDER N’ONT NI LES MOYENS, NI LE POUVOIR, ENCORE MOINS L’INTELLIGENCE DE ME LIQUIDER » (VIDÉO)

DakarMedias Web Tv 2018-10-02 20:35:29

L’ASPIT INITIE LES INVENTEURS, CRÉATEURS ET INSTITUTIONS DE RECHERCHE À UNE MEILLEURE UTILISATION DE L’INFORMATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

DakarMedias Web Tv 2018-09-12 23:47:37

FINALE DE LA 2éme ÉDITION DU TOURNOI DE LA JEUNESSE ÉMERGENTE DE HANN BEL AIR

DakarMedias Web Tv 2018-09-10 21:43:27

PRESIDENTIELLE 2019 : MAMADOU DIOP DE “WACCOO AK ASKAN WI” PROMET DE S'ATTAQUER AUX PROBLÈMES DE LOGEMENT DES SÉNÉGALAIS

DakarMedias Web Tv 2018-09-07 23:58:09

Template Settings
Select color sample for all parameters
Red Green Olive Sienna Teal Dark_blue
Background Color
Text Color
Select menu
Google Font
Body Font-size
Body Font-family
Direction
Scroll to top
0
Partager