La découverte d’une version falsifiée d’un vaccin antiméningococcique en circulation au Niger a provoqué une alerte de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). D’après les autorités nigériennes, les investigations se poursuivent pour déterminer la provenance ainsi que la quantité des produits contrefaits introduits dans le pays.

Loin d’être un cas isolé, ce nouveau scandale remet à l’ordre du jour le fléau des faux médicaments en Afrique.
C'est la première alerte du genre de l'année que l'Organisation mondiale de santé (OMS) vient de faire au sujet d'un «vaccin antiméningococcique falsifié en circulation en Afrique de l'Ouest ». L'alerte vient à la suite de la découverte au Niger de versions confirmées falsifiées de vaccin antiméningococcique serotype ACWY, un médicament considéré comme essentiel par l'Organisation et qui est destiné à prévenir les infections à méningocoque serotype A, C, W ou Y.

Selon les détails donnés par l'OMS, c'est le 31 Mai 2017, que le fabricant "Bio-Manguinhos/Fiocruz" l'a informé qu'une version falsifiée du produit est disponible au Niger tout en reconnaissant que le produit "Polysaccharide Meningococcal ACWY Vaccine" n'a pas été fabriqué par ses soins comme le laisse entendre l'emballage du produit. « Sur la base d'une analyse photographique, l'emballage de ce produit est confirmé falsifié », ajoute l'alerte dans laquelle l'OMS souligne également qu'à ce stade, « aucune manifestation post vaccinale indésirable attribuée à ce produit n'est connue ni notifiée ». Toutefois, à la lumière des faits ci-dessus, l'Organisation prévient que « tout vaccin antiméningococcique ACWY se réclamant du fabricant "Bio- Manguinhos/Fiocruz", devait être considéré comme falsifié et notifié ».

L'OMS qui a renforcé son système d'alerte au Niger et dans la sous-région a ainsi recommandé une vigilance accrue au sein des chaines d'approvisionnement des pays potentiellement affectés par ces produits falsifiés. « Cette vigilance doit inclure les hôpitaux/cliniques, pharmacies et tous points de vente/distribution de produits médicaux ».

Épidémie

Contactées par la Tribune Afrique, les autorités sanitaires nigériennes ont également confirmé la découverte des lots de vaccins suspectés contrefaits car ne correspondant aux informations du laboratoire qui les produit. Le ministre de la santé publique, Dr Illiassou Mainassara, a expliqué que ses services ont effectivement été alertés par la découverte, par une officine de la place, d'un lot de faux vaccin contre la méningite. Il s'agit pour le moment du seul cas encore découvert à ce jour selon le ministre qui a également annoncé que des investigations sont actuellement en cours enfin de déterminer la quantité des lots introduits au Niger ainsi que leur provenance.
Les résultats des enquêtes devraient déterminer si ces produits sont passés ou non par des circuits officiels et surtout permettre de stopper leur circulation alors que le pays connait une épidémie de méningite qui a fait déjà 358 morts sur 5.273 cas identifiés de janvier à mai dernier.

Ce n'est pas la première fois que la découverte de faux médicaments en circulation en Afrique de l'ouest fait la Une de l'actualité. Il s'agit en effet d'un véritable fléau mondial et qui persiste particulièrement en Afrique où selon l'OMS, près de 100 000 décès par an sont liés au commerce de médicaments contrefaits.

Pas plus loin que juillet dernier, une opération de ratissage de 16 ports maritimes des côtes est et ouest de l'Afrique a permis à l'Organisation mondiale des douanes (OMD) de saisir plus de 82 millions de doses de médicaments illicites, d'un montant total de plus de 40 millions de dollars, dont du sirop antitussif, des antiparasitaires et des antipaludiques, ainsi que des antibiotiques et des contraceptifs.

Selon la définition de l'OMS, un médicament contrefait est « un médicament dont l'identité et/ou l'origine est délibérément et frauduleusement falsifiée », qu'il s'agisse de produits de marque déposée ou de génériques. Dans certaines régions d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, plus de 30 % des médicaments vendus sont des contrefaçons selon l'organisation.

afrique.latribune.fr

Au lendemain de l’élection présidentielle française, il est de bon ton pour les commentateurs de dresser un panégyrique des attentes de leur lectorat à l’endroit du Président élu. Cet exercice, souvent très convenu, est l’occasion de jeter en pâture à l’opinion serpents de mer et «grandes idées», mâtinées de solutions prêtes à l’emploi qu’il suffirait d’appliquer rapidement pour tout changer. Une fois n’est pas coutume, évitons cet inventaire à la Prévert, et intéressons-nous à ce que le continent n’attend pas du Président Macron.

Disons-le d'emblée : la France ne hissera pas l'Afrique vers l'émergence. Elle n'en a pas les moyens. Seul le continent porte en lui les ressources matérielles et immatérielles lui permettant d'atteindre ses objectifs de développement, d'éradication de la pauvreté, d'industrialisation et de promotion de la bonne gouvernance.

L'Afrique n'attend donc pas du Président Macron qu'il double l'aide publique au développement, ni qu'il intensifie les «gestes» conjoncturels tel le récent don français d'équipements médicaux usagés, refusé à juste titre -et avec courage- par le Président béninois Patrice Talon. Cette stratégie du «colmatage» permanent, qui consistait pour Paris à effectuer une annonce de don dès lors qu'un chef d'Etat africain rencontrait son homologue français, doit être éradiquée, car elle ne correspond plus aux attentes et aspirations du continent. De surcroît, cette façon de faire est devenue contre-productive, car elle contredit la stratégie de partenariat d'égal à égal clairement affichée par la France dans son discours, notamment sur le plan économique.

En finir avec le discours compassionnel et le «devoir d'ingérence»

De manière globale, le continent ne veut plus de la prééminence du discours compassionnel ni des recommandations «insistantes» portant généralement sur la démocratisation. En effet, vu d'Afrique, un pays riche -cinquième puissance mondiale- qui réussit le tour de force de porter au second tour de l'élection présidentielle un parti d'extrême droite, s'est disqualifié pour porter le flambeau du fameux «devoir d'ingérence», après que ce dernier aie été en grande partie écorné par l'intervention française en Libye. Ce «devoir d'ingérence» doit désormais laisser la place au devoir de «co-émergence», porté de plus en plus par une nouvelle génération d'Africains et de Français qui estiment que le continent et Paris doivent s'attacher ensemble à créer de la valeur.

De fait, cela suppose que le nouveau Président français ne soit plus un super «VRP» des entreprises françaises, afin de leur faire gagner des «marchés» en Afrique. Cette démarche a vécu.

Au contraire, Emmanuel Macron doit être le premier ambassadeur de cette démarche de «co-émergence» qui voudrait que les entreprises françaises, lorsqu'elles se développent en Afrique, créent des emplois, contribuent à dynamiser le tissu économique continental, et s'inscrivent dans une démarche de long terme.

Une voie exigeante, en phase avec le «logiciel» Macron

Certes, cette voie exigeante réduira peut-être les dividendes à court terme pour certains, mais elle contribuera à augmenter la taille de leurs marchés et le pouvoir d'achat de leurs consommateurs de demain. In fine, cela constituerait un investissement qui permettra d'accroître les revenus futurs. En clair, celui qui fut le candidat de l'«ouverture» sur le monde et qui considère la mondialisation comme une opportunité, doit devenir le Président du co-développement non par humanisme, mais parce qu'il a intérêt à le faire. Il suivrait en cela la démarche d'un certain Henry Ford qui tenait à payer correctement ses ouvriers, afin qu'ils puissent... acheter les voitures qu'ils produisent. Pour difficile qu'il soit, ce chemin est pourtant en phase avec le «logiciel» développé par le candidat Macron et sa vision de l'économie qui voudrait que l'on augmente la part du gâteau à partager plutôt que de se replier sur son pré-carré.

A un niveau géopolitique, cette démarche volontariste permettrait également de répondre en partie aux peurs françaises en matière d'immigration et de sécurité.

Une Afrique plus prospère, qui crée plus d'emplois grâce à un secteur privé plus dynamique, est sans aucun doute le meilleur rempart contre la tentation du départ et le fantasme de l'extrémisme, dont le terreau fertile est le chômage et le désœuvrement. Toutefois, le continent ne peut et ne doit pas compter uniquement sur les entreprises françaises afin d'accélérer son développement économique. Mais la capacité d'entraînement et de projection de l'économie française constituerait un atout supplémentaire pour le continent dont il conviendrait de faire la pédagogie, notamment auprès des nouveaux «dragons» africains, ces nouvelles puissances économiques du continent qui se déploient de manière ambitieuse et décomplexée.

Le triple avantage de Macron

Et pour cela, Emmanuel Macron dispose d'un triple avantage par rapport à ses prédécesseurs. Le premier est de ne pas être un politicien de carrière, et donc de ne pas avoir les «pieds dans le ciment» de l'immobilisme et de ne pas être prisonnier des lobbies traditionnels. Le second est sa posture résolument tournée vers les métiers futurs et les manières d'appréhender la quatrième révolution industrielle, sujet incontournable pour l'Afrique. Enfin, face à un continent qui s'apprête à connaître ce que certains qualifient d'aubaine démographique, l'âge d'Emmanuel Macron peut lui permettre de s'identifier aux permanences et espérances des jeunes africains.

Somme toute, en suivant un chemin différent de ses aînés, en s'alliant avec les nouveaux champions du continent, et en respectant la vision du monde formulée lors de sa campagne, le nouveau Président français a l'opportunité de réinventer la relation entre la France et l'Afrique pour la rendre plus équilibrée, plus pérenne, et mutuellement bénéfique. C'est tout le mal qu'on lui souhaite.

http://afrique.latribune.fr

Les plafonds de verre ne sont faits que pour être brisés, c’est mue par cette conviction profonde et encouragée par l’ouverture insufflée en 2015 par la création de la mosquée pour femmes de Los Angeles, pionnière en la matière, que Rabia Keeble, 40 ans, a fondé la mosquée Berkeley dans une Californie réputée pour son progressisme.

La police gambienne a indiqué samedi 1er avril que les corps de trois des instigateurs d'une tentative de coup d'Etat en 2014 contre l'ex-président gambien Yahya Jammeh ont été mis au jour grâce aux informations d'anciens membres de sa garde rapprochée.

Le chef du MoDem demande notamment au candidat d'En Marche d'introduire la proportionnelle aux élections, s'il veut son ralliement.

Le nouveau président gambien a annoncé son intention de restaurer des relations apaisées avec ses partenaires étrangers, et de réintégrer la CPI et le Commonwealth avec lesquels Yahya Jammeh avait rompu.

Suite à la non application du contrat signé entre Mediaset et Vivendi en avril, un recours a été déposé contre le groupe français. La holding familiale de Berlusconi réclame plus d'un demi-milliard d'euros, la somme qu'elle juge avoir déjà perdu à cause de la rupture de l'accord.

C’est la plus grosse bavure jamais commise par la coalition internationale contre l’organisation Etat islamique (EI) depuis son entrée en action dans le ciel de la Syrie, en septembre 2014. Plusieurs dizaines de villageois des environs de Manbij, une ville de 50 000 habitants tenue par l’organisation djihadiste, à 100 km au nord-est d’Alep, ont péri dans des bombardements aériens dans la nuit du 18 au 19 juillet.


Pour le quotidien américain The Wall Street Journal, l’attentat meurtrier de jeudi soir à Nice met de nouveau en valeur “les limites de la lutte mondiale contre le terrorisme”.

Les conditions dans lesquelles le scrutin du Brexit s'est déroulé sont indignes de la portée d'une telle décision. L'Europe, qui risque d'être confrontée à d'autres risques de rupture, doit se pencher d'urgence sur ce sujet.

Scroll to top